Ligue 1 : les trois premiers assurent, Lyon repart à la conquête de l'Europe

Alors que Paris, Monaco et Lille ont tranquillement remportés leurs matchs, l'OL a arraché la victoire à Bordeaux et s'est relancé dans la course aux place européennes.

Corentin Tolisso, jeune joueur lyonnais de 19 ans, buteur décisif à Bordeaux, le 9 mars 2014.
Corentin Tolisso, jeune joueur lyonnais de 19 ans, buteur décisif à Bordeaux, le 9 mars 2014. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Toute l'actualité de votre club après la 28e journée de Ligue 1, disputée les 7,8et 9 mars, résumée en deux phrases, pas toujours sympas. 

1. PSG - 67 points - Vainqueur à Bastia 3-0. Au coup d'envoi de son déplacement à Bastia, le leader parisien s'est privé de quelques titulaires habituels. Avec un Lavezzi auteur d'un doublé, le PSG s'est quand même facilement imposé. On ne voit pas bien ce qui pourrait enrayer la machine parisienne d'ici la fin du championnat.

2. Monaco - 59 - Vainqueur de Sochaux 2-1. On le disait fatigué et loin du grand joueur qu'il fut. Dimitar Berbatov a fait taire les sceptiques hier en ouvrant le score (son premier but en Ligue 1), puis en provoquant un penalty transformé par James. Il a permis à l'ASM, assez maladroit, de rester dans le rythme du PSG qui compte tout de même 8 points d'avance à dix journées de la fin du championnat.

3. Lille - 52 - Vainqueur à domicile de Montpellier 2-0. Lille a mis fin à l'invincibilité de Montpellier en 2014 et s'est rassuré dans le jeu. "On a remis la marche avant" s'est félicité René Girard qui voit son équipe consolider sa troisième place, quatre points devant le premier poursuivant.

4. Saint-Etienne - 48 - Battu à Lorient 1-0.  "C'est difficile pour moi car j'ai fais perdre un point à l'équipe". Joshua Guilavogui s'en veut. C'est lui qui en touchant le ballon de la main dans surface à la 90e minute, a offert un pénalty synonyme de défaite pour les Verts. En même temps, c'est une question d'habitude pour des Stéphanois qui n'ont jamais gagné à Lorient.

5. Lyon - 45 - Vainqueur à Bordeaux 2-1. Face aux absences de trois titulaires au milieu, Rémi Garde a choisi un système hasardeux, le 5-3-2. Résultat, ses joueurs, perdus sur le terrain, ont laissé les Bordelais prendre le match en main. Ils ont attendus les arrêts de jeu du match pour recoller au score, avant de finalement prendre l'avantage grâce au but de Tolisso, un joueur de 20 ans. Un match très mauvais, peut-être le pire de l'OL cette saison, mais un final fou qui permet aux Gones de repartir de l'avant et de croire à nouveau en l'Europe.

6. Marseille -  43 - Battu par Nice 0-1. Malgré les températures douces, la douche était froide vendredi soir pour l'OM. Certains olympiens ont même quasiment fait une croix sur la trosième place synonyme de Ligue des Champions "On fera le maximum mais ce sera dur à réaliser, et c'est difficile à digérer" explique Dimitri Payet.

7. Reims - 42 - Battu 3-2 à Toulouse. "Un énorme gâchis". L'entraîneur rémois Hubert Fournier a peu goûté le match de son équipe. Reims menait 2-0, avant de craquer et d'encaisser trois buts dans le dernier quart d'heure. Une occasion ratée d'assumer une candidature à l'Europe.

8. Bordeaux - 40 - Battu par Lyon 2-1. Depuis le début de la saison, les Girondins ont raté presque toutes leurs occasions de recoller aux équipes de tête. Et cette fois encore, les Girondins, alors qu'ils menaient 1-0 à deux minutes du coup de sifflet final, sont parvenus à perdre face à un concurrent direct pour l'Europe. Des places européennes qui semblent désormais inaccessibles à des Girondins sans ambition et trop peu rigoureux.

9. Toulouse - 39 - Vainqueur de Reims 3-2. Jusqu'à la 75e minute, le public du Stadium croyait assister à une nouvelle sortie de route de son équipe. Et puis leurs joueurs se sont réveillés. Le symbole d'un groupe capable de tout mais trop souvent inconstant. Un club typique de Ligue 1 en somme.

10. Bastia - 37 - Battu 3-0 par le PSG - Regonflé par quelques bonnes prestations, les Corses pensaient que c'était le bon moment pour accueillir le PSG. Mais le Sporting n'a même pas eu l'occasion de contester la domination parisienne. "Difficile à expliquer" pour Frederic Hantz, l'entraîneur bastiais, qui regarde à nouveau dans le rétroviseur.

11. Lorient - 36 - Vainqueur de Saint-Etienne 1-0. On a longtemps pensé que le match allait se terminer sur un nul tant la rencontre était équilibrée. Et puis un coup du sort, la main d'un Stéphanois en pleine surface à la dernière minute, a offert la victoire aux Bretons. Lucide, l'entraîneur lorientais Christian Gourcuff a d'ailleurs apprécié... la défense de son équipe. "On a pu tenir car on était bien organisés".

12. Nice - 34 - Vainqueur à Marseille 1-0. L'OGC Nice devrait penser à délocaliser ses matchs à Marseille. Après leur large victoire en Coupe de France en janvier, ils y ont mis fin vendredi à une série de désillusions. A confirmer toutefois tant la victoire n'est pas totalement méritée.

13. Montpellier - 33 - Battu à Lille 2-0. C'est les yeux bien ouverts que Rolland Courbis, l'entraîneur montpellierain, a accepté la défaite logique de soné quipe, surclassée à Lille. "Je ne peux pas être stupidement déçu de mes joueurs après 90 minutes d'un match moyen. Je suis content d'avoir pris 16 points lors des matches retour."

14. Guingamp - 32 - battu 1-0 à domicile par Evian TG. Jusqu'ici les Bretons avaient fait de leur stade une forteresse difficile à prendre. Mais face à Evian, c'est eux qui se sont retrouvés dans la position des assaillants, sans succès. Une défaite importante contre un concurrent direct pour le maintien.

 15. Nantes - 32- match nul 2-2 contre Ajaccio. Le maintien en Ligue 1 se joue à des détails. Et samedi, les Nantais l'ont oublié lorsque, à la dernière minute du match, ils ont rendu le ballon à des Ajacciens qui ont égalisé dans la foulée. Le président nantais, Waldemar Kita a estimé que ses joueurs "n'ont rien dans la cervelle". Pour les vexer et les sortir d'une inquiétante période de léthargie ?

16. Rennes - 31 - battu 2-1 à Valenciennes. Lorsque Toivonnen a ouvert le score, les Rennais pensaient que le but de leur avant-centre suédois, porte bonheur du mercato, allait leur permettre de gagner ce match de mal classés. Sauf que les Bretons ont oublié qu'ils luttaient pour se maintenir en Ligue 1 face à des Valenciennois dos au mur. Le porte-bonheur n'a pas suffi et Rennes est clairement en danger.

17. Evian TG - 30 - Vainqueur à Guingamp 1-0. Habitués à se battre pour rester en Ligue 1, les Savoyards ont bien géré ce match charnière face à un concurrent direct. De quoi leur assurer cinq point d'avance sur le premier relégable. Un matelas qui redonne le sourire à l'entraineur d'Evian TG, Pascal Dupraz, qui s'est même excusé pour des propos grossiers tenus récemment. Tout arrive.

18. Valenciennes - 25 - Vainqueur de Rennes 2-1. Habitué à allumer son équipe, Ariel Jacobs, le coach valenciennois, a apprécié "la réaction et la solidarité" de ses joueurs qui sont parvenus à remporter un match mal embarqué. La base du sursaut synonyme de maintien pour VA?

19. Sochaux - 22- Battu 2-1 à Monaco. Malgré le nombre de points qui séparent les deux équipes au classement, Hervé Renard espérait retrouver à,Monaco la dynamique née des bons résultats du mois de février. Mais la maladresse de ses attaquants a empêché le coach doubiste d'obtenir satisfaction à Monaco. D'autant que Jordan Ayew ne lui a pas facilité la tâche en se faisant expulser pour un geste d'énervement.

20. Ajaccio - 19 - Match nul à Nantes 2-2. Beaucoup voient déjà les Corses en Ligue 2. Mais les Ajacciens comptent bien se vbattre jusqu'au bout. Ils l'ont prouvé en arrachant le match nul au bout du bout du temps additionnel. "Le maintien, on sait qu'il est très très loin mais il faut aller au bout des choses, continuer à prendre des points, explique l'entraineur de l'ACA Christian Bracconi. On ne veut pas servir de victime expiatoire à nos futurs adversaires."