Cet article date de plus de cinq ans.

Ligue 1 : Lyon de nouveau leader après son nul héroïque face à Saint-Etienne

Grâce à leur nul (2-2) arraché contre les Stéphanois, les Lyonnais repassent devant le PSG, qui compte un match en retard.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Le défenseur lyonnais Christophe Jallet fête son but avec ses partenaires, dans le derby face à Saint-Etienne, dimanche 19 avril 2015. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Toute l'actualité de votre club après la 33e journée de Ligue 1, disputée les 17, 18 et 19 avril, résumée en deux phrases, pas toujours sympas.

1- Lyon 65 points (frôle l'exploit contre Saint-Etienne 2-2). "On a peut-être fait notre meilleur match de l'année, même à 10", a réagi le jeune Corentin Tolisso sur Canal+. Le panache était lyonnais. Après avoir perdu son défenseur central Lindsay Rose après un carton rouge à la 25e minute, le coach lyonnais Hubert Fournier a conservé sa tactique offensive. Et ça a failli payer, tant ses hommes ont malmené 11 Stéphanois apeurés. Chapeau bas.

1- PSG 65 (vainqueur à Nice 3-1). Paris n'a pas effacé tous les traumatismes liés à son échec européen face à Barcelone. Tout comme son gardien, Salvatore Sirigu, fortement critiqué après la gifle (3-1) reçue face aux Catalans, mais qui a sorti un arrêt de grande classe à Nice : "Vous dites que je suis déterminant aujourd'hui et, hier, que je faisais de la merde. C'est le foot", philosophe-t-il.

L'attaquant uruguayen du PSG Edinson Cavani lors du match de son équipe à Nice, le 18 avril 2015.  (MANUEL BLONDEAU / AOP PRESS / AFP)

3- Monaco 59 (piétine contre Rennes 1-1). Monaco n'est que la 8e équipe à domicile, avec déjà 9 matchs nuls, dont trois consécutifs. C'est peut-être ça qui empêchera les Monégasques de rester sur le podium en fin de saison...

L'ailier belge de Monaco Yannick Ferreira-Carasco lors du match de son équipe face à Rennes, le 18 avril 2015.  (JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP)

4- Marseille 57 (trébuche à Nantes 0-1). Marcelo Bielsa a effectué une analyse lapidaire de la saison de son club à l'issue d'un match perdu sur un but gag : "Une équipe qui perd trois matches de suite dans le sprint final ne peut pas croire au titre."

5- Saint-Etienne 57 (ramène un point de Lyon 2-2). Saint-Etienne a manqué d'ambition, en n'allant pas chercher une victoire à sa portée face à un adversaire en infériorité numérique. Les déclarations du milieu stéphanois Benjamin Corgnet - "si en début de match, on nous avait dit 2-2, on aurait été contents" - ou du coach des Verts Christophe Galtier en fin de match - "un bon point de pris" - traduisent cette frilosité.

6- Bordeaux 54 (chute à Lille 2-0). Le coach girondin Willy Sagnol n'en veut pas à son équipe, malgré la défaite chez un concurrent direct pour une place d'honneur : "On est probablement à notre place. On ne va pas tout remettre en cause car on a eu des occasions et Lille a eu un grand gardien aujourd'hui. Mais on mérite notre sixième place et on a des motifs d'espoir pour l'avenir."

7- Montpellier 52 (bat Caen 1-0 dans un match de water-polo). La rencontre entre les deux équipes a failli être annulée en raison des pluies diluviennes qui se sont abattues sur Montpellier dimanche. Au cours d'un match qui n'avait de football que le nom, une statistique est révélatrice de l'exploit que constitue le fait de marquer un but sur un terrain pareil.

8- Lille 50 (vainqueur de Bordeaux 2-0). Quatrième victoire en cinq match pour les Lillois qui grimpent petit à petit au classement. Au point de rêver d'une place européenne qui paraissait inaccessible en février, quand ils étaient 13e.

9- Rennes 46 (arrache un point contre Monaco 1-1). Vous avez l'impression que Rennes a fait une saison épouvantable ? Et pourtant... c'est mieux que l'an dernier : "On a autant de points ce soir qu’au bout de 38 journées la saison passée", rappelle l'entraîneur breton Philippe Montanier.

10- Nantes 43 (tombeur de l'OM 1-0). Nantes a assuré son maintien à 99%... ce qui ne suffit pas à son entraîneur, Michel Der Zakarian : "Il nous faut encore un point pour être sûr du maintien. On a un match très important contre Toulouse la semaine prochaine. Il faudra y aller avec beaucoup d’ambition et garder le même état d’esprit."

11- Nice 41 (impuissant face au PSG 3-1). Même si Paris était fatigué, on a vu un excellent match en seconde période, avec beaucoup d'occasions. "Je pense qu'on a bien participé à ce que ce match soit de qualité", euphémise l'entraîneur azuréen Claude Puel. 

12- Guingamp 40 (freiné par Evian Thonon Gaillard 1-1). Extraordinaire Claudio Beauvue. Le buteur guingampais a marqué de la tête, sur une action extraordinaire où il a donné l'impression de s'élever au-dessus de la barre transversale (2,44 m). L'attaquant de poche des Bretons est le meilleur buteur du club sur une saison depuis un certain Didier Drogba, il y a douze ans.

13- Caen 38 (coule à Montpellier 0-1). Grande classe, le coach normand Patrice Garande ne fustige pas l'arbitre, qui a décidé de jouer le match malgré un terrain gorgé d'eau : "C'est sûr que les conditions étaient compliquées, les arbitres ont décidé de jouer, on a joué." Vous avez dit réponse de Normand ?

14- Reims 38 (vainqueur à Bastia 2-1). Olivier Guégan, le coach champenois, maintient l'esprit commando pour assurer le maintien en fin de saison. "La manière m'a beaucoup plus. Je tiens à féliciter les gardiens car ils ont fait un match d'hommes dans un beau stade de football avec beaucoup d'ambiance."

Le milieu de terrain bastiais Gaël Danic (à droite) est stoppé par le défenseur rémois Aissa Mendi, lors du match Bastia-Reims, le 18 avril 2015.  (PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP)

15- Toulouse 38 (vainqueur du match qu'il ne fallait pas perdre à Lorient 1-0). Les Violets se réveillent au bon moment. 

16- Bastia 37 (surpris par Reims 1-2). A-t-on sauvé Bastia un peu vite ? Une série de revers met le club corse sous la menace de la meute des relégables. le coach corse Ghislain Printant estime carrément avoir "fauté" dans l'approche de la rencontre : "Si nous ne devions pas le gagner [ce match], il ne fallait pas le perdre. Nous avons fauté, j'ai fauté, mais il faudra relever la tête en faisant à Evian ce qu'on n'a pas pu faire ici."

17- Evian Thonon Gaillard 37 (ramène un point de Guingamp 1-1). Pascal "je cherche à me faire des amis pour la saison prochaine" Dupraz, à l'issue de la rencontre : "Ce soir, j'ai vu un bon arbitrage et un public magnifique. Le football ici est superbe et je n'ai qu'une envie, c'est d'y revenir avec l'ETG l'an prochain en Ligue 1."

18- Lorient 35 (battu par Toulouse 0-1). "On n'a pas fait le match qu'il fallait, on l'a complètement raté. Entre hésitation et peur de mal faire, on n'a rien fait de bon", fustige l'entraîneur des Merlus Sylvain Ripoll. Son équipe n'a pris qu'un point sur les quatre derniers matchs et se retrouve relégable pour la première fois depuis la 12e journée. "Mais non, on n'a pas un pied en Ligue 2. Mais il n'y a plus de temps à perdre."

19- Metz 29 (lamine Lens 3-1). Les Lorrains conservent un mince espoir de maintien, entretenu par leur entraîneur Albert Cartier : "On n'est pas les mieux placés, mais on reste dans la course. Il faut bien récupérer, se remettre en question. On sait qu'il faudra réaliser des exploits."

20- Lens 26 (perd ses dernières illusions à Metz 3-1). Lens a offert la victoire aux Lorrains, d'après son entraîneur Antoine Kombouaré, désabusé : "C'est la soirée des cadeaux, on n'avait pas besoin de ça. Sur les trois buts, il y a deux passes décisives et un penalty de notre part. On a montré nos limites techniques ce soir."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.