Cet article date de plus de neuf ans.

Ligue 1 : Lyon remonte sur le podium

Les Lyonnais mettent fin à leur série de défaites en battant Toulouse (3-1).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Les joueurs lyonnais se congratulent après leur victoire 3-1 sur Toulouse, le 14 avril 2013.  (ROBERT PRATTA / REUTERS)

Tout ce qu'il faut retenir de la 32e journée de Ligue 1, qui se déroulait les 12, 13 et 14 avril, avec l'actualité de votre club résumée en deux phrases. 

1- PSG 67 points (vainqueur à Troyes 1-0). "On a fait un grand pas vers le titre, avec dix points d'avance." Carlo Ancelotti, l'entraîneur du PSG, ne joue pas les modestes. "Le résultat est très bon, surtout parce que la performance était moyenne. L'objectif est d'aller chercher le championnat le plus vite possible."

Le Parisien Blaise Matuidi est mis au sol lors du match de son équipe face à Troyes, le 13 avril 2013.  (FRANCK FIFE / AFP)

2- Marseille 58 (a ramené un bon nul de Lille 0-0). Cinq matchs sans prendre de but pour les Marseillais, définitivement, c'est la défense et le gardien Mandanda, héroïque, qui portent la saison de l'OM. "On savait qu'on avait en face de nous une équipe en pleine réussite, il fallait avant tout bien défendre", analyse l'entraîneur olympien Elie Baup, sur Canal+.

3- Lyon 56 (vainqueur de Toulouse 3-1)L'OL, qui n'avait plus gagné depuis le 24 février, met ainsi fin à la mini-crise qui secouait le club, traumatisé à l'idée de manquer la Ligue des champions pour la deuxième année d'affilée. "C'est une belle satisfaction même si ça a été compliqué, conclut Rémi Garde, l'entraîneur lyonnais. Ce n'est pas notre meilleur match, mais on a été récompensés de nos efforts."

4- Saint-Etienne 54 (tenu en échec à Valenciennes 0-0). Les Verts sont toujours la seule équipe invaincue en 2013 en Europe, mais avec quatre nuls sur leur cinq derniers matchs, ils ralentissent au moment du sprint final.

5- Nice 54 (vainqueur de Sochaux 3-0). Deuxième succès de suite pour les Aiglons, qui ont bien besoin d'engranger du capital confiance avant un déplacement... au Parc des Princes, la semaine prochaine. "Ce qui était important, c'était de prendre les trois points ce soir. Et en plus on l'a fait de belle manière", s'est félicité l'entraîneur, Claude Puel, au micro de beIN Sport.

6- Lille 53 (tenu en échec par Marseille 0-0). Les confrontations entre l'OM et Lille avaient généré 14 buts lors des trois derniers matchs. Pas ce soir, grâce à Steve Mandanda, le gardien de l'OM, regrette l'attaquant lillois Dimitri Payet, sur Canal+. "On savait qu'ils allaient être regroupés derrière. Malgré ça, on a eu des occasions franches, mais on est tombés sur un grand Steve Mandanda. C'est de bon augure pour la suite."

7- Montpellier 48 (écrasé à Bordeaux 2-4). "Il n'y a pas d'explication, on a été inexistants. Ils ont été bien meilleurs que nous. Notre première mi-temps a été indigne." René Girard, l'entraîneur héraultais, entre deux soupirs, n'a pas trouvé d'excuse à son équipe, qui a l'air en vacances depuis que le départ de l'entraîneur a été acté.

8- Lorient 47 (vainqueur de Bastia 4-1). Forcément, quand les deux équipes les plus spectaculaires du championnat se rencontrent, ça fait du dégât. 

9- Bordeaux 46 (a pulvérisé Montpellier 4-2). Le match de tous les records pour une des pires attaques du championnat, avec 29 buts en 31 matchs avant la rencontre. C'est la première fois depuis décembre 2007 que Bordeaux marque trois buts en une mi-temps, et la première fois depuis 2009 que les Girondins marquent quatre buts à domicile. 

10- Rennes 42 (surpris à Evian 2-4). La lente descente aux enfers de Rennes, qui n'a pas gagné depuis deux mois en championnat, continue : le club a perdu contre une des plus mauvaises équipes à domicile en L1, a encaissé quatre buts contre une des plus mauvaises attaques de L1. Petite consolation : il a marqué ses premiers buts depuis quatre matchs. 

11- Toulouse 41 (battu 1-3 à Lyon). Quel que soit le résultat obtenu par les Toulousains, ils oscillent entre la 11e et la 12e place depuis début février. Pour eux, la saison est finie depuis longtemps. Mis à part relancer des équipes en difficulté comme Nice la semaine passée et Lyon cette fois, le TFC n'a plus rien à jouer cette année.

12- Bastia 39 (écrasé à Lorient 1-4). La période d'euphorie des Corses, qui avaient marqué quatre buts lors de leurs trois dernières sorties, est terminée. "Cette défaite va nous obliger à reprendre le terrain d’entraînement", concède l'entraîneur Frédéric Hantz. 

13- Reims 37 (vainqueur à Brest 2-0). Cette victoire doit beaucoup à l'attaquant rémois Nicolas Fauvergue, qui n'avait pas marqué... depuis le 18 août en championnat. L'entraîneur rémois Hubert Fournier se disait "content pour lui". "C'est une belle soirée, dans la continuité de ce qu'on produit depuis quelques semaines."

14- Valenciennes 37 (a décroché un bon nul contre Saint-Etienne 0-0). La pire équipe de L1 en 2013 ne fait pas la fine bouche après un match sans but encaissé, pour une fois. "C'est un bon point de pris. On est dans une situation difficile, alors prendre un point face au troisième, c'est pas mal", veut croire Daniel Sanchez, l'entraîneur.

15- Ajaccio 35 (tenu en échec par Nancy 1-1). Les Corses ne sont pas payés de leur nette domination lors de la rencontre. On se souviendra surtout de la sortie calamiteuse de leur gardien, Guillermo Ochoa, sur le but lorrain, et du brouillard, inhabituel à cette période de l'année. 

Le brouillard a été la star du match Ajaccio-Nancy, le 13 avril 2013.  (PASCAL POCHARD-CASBIANCA / AFP)

16- Evian 34 (vainqueur de Rennes 4-2). Avec cette victoire, les Savoyards ne sont plus la plus mauvaise équipe à domicile. 

17- Sochaux 32 (écrasé par Nice 0-3). Manifestement, l'entraîneur doubiste Eric Hély ne veut pas démoraliser les troupes malgré l'ampleur de la défaite : "Les joueurs n'ont pas lâché, ils sont restés unis, sinon le match aurait pu partir en brioche. On a la foi pour le maintien, je sais que nous en avons les moyens."

18- Nancy 31 (auteur d'un bon nul à Ajaccio 1-1). 10e point en six rencontres pour les Lorrains, qui continuent l'opération remontée. Et vu la domination d'Ajaccio, ramener un point de Corse est une belle performance. 

19- Brest 29 (a perdu le match qu'il ne fallait pas perdre contre Reims 0-2). "C'est un résultat très frustrant, les joueurs ont donné le maximum, se sont créé beaucoup d'occasions, regrette Corentin Martins, l'entraîneur. Il y a beaucoup de déception dans le vestiaire, mais tant que mathématiquement c'est jouable, il y a de l'espoir." Il y a de quoi, car les Brestois n'ont pas été ridicules sur le terrain. Reims a marqué sur ses deux seules occasions.

La déception des joueurs de Brest, battus par Reims (0-2) et relégables, le 13 avril 2013.  (FRED TANNEAU / AFP)

20- Troyes 25 (battu par le PSG 0-1). Jean-Marc Furlan, l'entraîneur troyen, ne se fait pas d'illusion. "Les joueurs sont très affectés. Ils mettent beaucoup d'énergie mais on n'a pas la possibilité de gagner des matchs de L1 en ce moment. On espérait un point ce soir. Ce à quoi on croit, c'est qu'on va aller chercher des victoires. On va se battre pour préparer les succès futurs, de la saison prochaine." 

Le gardien troyen Yohann Thuram sauve un tir lors du match de son équipe face au PSG, le 13 avril 2013.  (FRANCK FIFE / AFP)

Le compte-rendu des matchs à lire sur francetv sport.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.