Cet article date de plus de six ans.

Ligue 1 : Lyon très solide leader, loin devant l'OM et le PSG

Les hommes d'Hubert Fournier survolent le championnat... mais ont perdu sur blessure leur buteur Alexandre Lacazette.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Le buteur lyonnais Alexandre Lacazette, lors d'un match à Metz, le 25 janvier 2015. (JEFF PACHOUD / AFP)

Toute l'actualité de votre club après la 22e journée de Ligue 1, disputée les 23, 24 et 25 janvier, résumée en deux phrases, pas toujours sympa. 

1- Lyon 48 points (petit vainqueur de Metz 2-0). "Nous avons le sentiment du devoir accompli", résume le coach lyonnais Hubert Fournier, qui a quand même perdu son atout offensif majeur, Alexandre Lacazette, sur blessure.

2- Marseille 44 (surpris à Nice 1-2). Sixième mauvais résultat consécutif à l'extérieur pour l'OM, qui ne s'est plus imposé hors de ses bases depuis un match à Caen, le 4 octobre. Pourtant, coach Bielsa n'est pas inquiet : "Je crois que l’on a fait ce qu’il fallait pour gagner ce match."

2- PSG 44. (vainqueur à Saint-Etienne 1-0). Petite victoire d'un PSG qui peine toujours autant à se créer des occasions. Le club de la capitale a obtenu son salut sur un penalty contestable. "Il ne faut pas laisser filer Lyon", résume Blaise Matuidi, qui parle d'un "nouvel état d'esprit" dans le groupe parisien.

4- Saint-Etienne 40. (battu par le PSG 0-1).Trois matchs (ternes) contre le PSG, trois défaites. Saint-Etienne montre qu'il lui manque encore quelque chose pour briguer la Ligue des champions. Des attaquants, par exemple ?

5- Monaco 39 (vainqueur de Lille 1-0). Grâce à une série incroyable de matchs sans encaisser de but qui remonte au 29 novembre, Monaco fond sur le podium. Mais pour la manière, comme souvent, on repassera. "Ce n’était pas un grand match", a reconnu l'entraîneur monégasque Leonardo Jardim. "Je suis le premier à dire qu'on n'est pas toujours très joli à regarder mais si on gagne, c'est qu'on n'est pas si mauvais que ça.", renchérit le milieu Jérémy Toulalan.

Les joueurs de Montpellier fêtent leur victoire contre Nantes (4-0), le 24 janvier 2015. (PASCAL GUYOT / AFP)

6- Montpellier 35 (inarrêtable contre Nantes 4-0). Montpellier 6e ? Incroyable ? Certes. Deux éléments de réponse : la discipline. Lanterne rouge du classement du fair-play l'an passé, Montpellier n'a pas écopé du moindre carton rouge. Ce qui aide à grappiller des points. Autre changement : un buteur retrouvé, le Paraguayen Lucas Barrios, qu'on n'arrête plus. 

7- Bordeaux 33 (tenu en échec à Bastia 0-0). "Par rapport à notre nombre d'occasions franches, c'est clairement deux points de perdus, peste Willy Sagnol, l'entraîneur girondin. Qui nuance aussitôt : "la période pour nous est compliquée, et on a vu qu'à la fin on aurait pu perdre le match. Le foot, ça ne tient pas à grand chose."

8- Nice 31 (domine l'OM 2-1). Mine de rien, le Nice un rien austère de Claude Puel figure dans la première partie du tableau. Ce qui n'étonne pas le technicien azuréen : "Les joueurs ont été bien. Si on dit qu'ils sont héroïques ça veut dire qu'ils ne sont pas capables de reproduire cette performance, et je pense qu'ils en sont capables."

9- Nantes 31 (écrasé à Montpellier 0-4). Pour l'entraîneur des Canaris, Michel Der Zakarian, ses joueurs sont trop "gentillets", mot qu'il répète six fois pendant les quelques minutes de sa conférence de presse.

10- Rennes 30 (humilié par Caen 1-4). Un temps, Rennes était candidat à la Ligue des champions. Mais depuis une série de six matchs sans victoire, les Bretons regardent vers le bas du classement.

11- Reims 29 (décroche un point contre Lens 0-0). Premier point pour les Champenois en 2015. Avec la solidité de la défense, ce sont les deux points positifs d'une rencontre que les Rémois ont passé acculés sur leur but.

12- Guingamp 28 (vainqueur de Lorient 3-2). Un grand bravo à Claudio Beauvue, l'attaquant guingampais, auteur d'un doublé, mais aussi à Dorian Levêque, le défenseur guingampais auteur d'un but contre son camp, pour maintenir la moyenne de buts des confrontations entre les deux équipes. 

13- Lille 27 (surpris par Monaco 0-1). La belle série de trois victoires de rang du Losc, depuis début janvier, prend un coup avec deux défaites de rang. Conséquence : retour dans la 2e partie du classement.

14- Bastia 23 (accroche un point face à Bordeaux 0-0). "Je tire un coup de chapeau aux garçons qui ont su résister à cette belle équipe de Bordeaux, lâche le coach corse Ghislain Printant, qui a été expulsé en fin de match et a fini perché sur le tunnel du stade Furiani. On a su s'accrocher pour ramener ce point, c'est bien."

15- Lorient 23 (battu à Guingamp 2-3). C'est compliqué pour les Bretons qui n'ont gagné qu'un de leurs six derniers matchs. Et qui ont encaissé un but beaucoup trop rapidement. "Courir après le score contre Guingamp, notamment ici au Roudourou, au bout d'un quart d'heure de jeu, ça complique sérieusement la tâche, peste Sylvain Ripoll, le coach des Merlus. On a été obligé de s'exposer et de s'ouvrir pour revenir au score et à plusieurs reprises on a subi des contres meurtriers."

16- Evian Thonon Gaillard 23 (vainqueur de Toulouse 1-0). L'entraîneur Pascal Dupraz aurai bien fait une sieste, comme les téléspectateurs de ce match : "On ne va retenir que la victoire aujourd'hui. Ce fut un match terne, certainement notre plus mauvais depuis le début de la saison. "

17- Toulouse 22 (battu à Evian 0-1). La dernière victoire des Toulousains remonte au 2 décembre et un succès à Nantes. A l'époque, le TFC naviguait en eaux calmes, à la 11e place.

18- Caen 21 (a pulvérisé Rennes 4-1). Si Caen s'en sort, ce sera par l'attaque, cette saison. 

19- Lens 20 (tenu en échec à Reims 0-0). Les Sang et or n'ont remporté que 3 de leurs 18 dernières rencontres de Ligue 1. Cela s'est encore vu quand les Lensois ont tiré sur le but défendu par Johnny Placide. Sans efficacité, ils ne sortiront pas de la zone rouge. L'entraîneur Antoine Kombouaré veut positiver : "On a été capable de se procurer beaucoup d'occasions, mes attaquants ont été bons, ils ont cadré. S'ils avaient envoyé leurs tirs dans les tribunes, je serais inquiet, mais ce n'est pas le cas."

20- Metz 20 (battu à Lyon 0-2). Trop gentils, les Lorrains ? On va finir par le croire en lisant cette déclaration du coach Albert Cartier "Les Lyonnais ont fait un bon match et les Messins aussi. Je ne conteste pas le score."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.