Cet article date de plus de huit ans.

Foot : le PSG gagne, mais n'est que 8e de la Ligue 1

Il reste à 4 points de l'OM, seul leader du championnat. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
L'attaquant du PSG Edinson Cavani fête son but contre Nantes, le 25 août 2013.  (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Que retenir de l'actualité de votre club après la 3e journée de L1, qui se déroule les 23, 24 et 25 août ? On résume tout ça en deux phrases, pas toujours sympas.

1- Marseille 9 points (vainqueur à Valenciennes 1-0). Le début de saison ressemble à la saison dernière (cinq victoires de rang en 2012-13). Dans la manière, cet OM pousif a aussi rappelé son prédécesseur. Mais qu'importe, déclare l'attaquant André-Pierre Gignac : "Trois victoires, c'est 'top'. On est sur la même lignée que le début de la saison dernière. Il faut continuer, on a un gros morceau qui nous attend dimanche prochain." Monaco se déplacera au Vélodrome...

2- Monaco 7 (tenu en échec par Toulouse 0-0). Devant 22 spectateurs (le match se jouait à huis clos), Monaco a produit un jeu d'un rare ennui. Certes, la défense toulousaine était bien regroupée, certes, Toulalan a touché la barre en fin de match, mais n'empêche. L'ogre fait un peu moins peur. "Sept points en trois matchs, je suis satisfait", note l'entraîneur Claudio Ranieri, qui n'a pas tort sur le plan comptable.

3- Lyon 6 (battu à la surprise générale par Reims 0-1). Déluge sur le terrain, douche écossaise dans les têtes. Reims, dernière équipe à avoir battu Lyon en L1 devient la bête noire du club rhodanien en s'imposant contre le cours du jeu. En une semaine, tout l'élan du bon début de saison lyonnais s'est envolé. "Il nous a manqué un brin de réussite, il n'y avait pas photo entre les deux équipes. Les jours meilleurs vont revenir", veut croire l'entraîneur lyonnais Rémi Garde. 

L'arbitre du match Lyon-Reims entouré par les joueurs au plus fort de l'averse qui a perturbé la rencontre, le 24 août 2013.  (JEFF PACHOUD / AFP)

4- Rennes 6 (vainqueur à Evian 2-1). L'an dernier, Rennes n'était pas performant en déplacement, ni contre Evian Thonon Gaillard (deux défaites en deux matchs). Peut-on y voir un effet Montanier ?

5- Reims 6 (ramène trois points méritoires de Lyon 0-1). L'équipe champenoise confirme ses progrès dans le jeu, mais aussi en terme d'efficacité. Dans L'Equipe, le milieu de terrain Mickaël Tacalfred disait au matin du match : "ce n'est pas forcément à Lyon, même si c'est un test intéressant, qu'on verra si on a progressé sur la durée." Et pourtant... "On n'en est qu'à trois matchs, on ne va pas s'enflammer", tempère l'entraîneur Hubert Fournier.

6- Lille (vainqueur d'un triste match contre Saint-Etienne 1-0) : l'an passé, le Losc avait connu un retard à l'allumage à domicile, en enchaînant nuls et défaites. Cette année, deux victoires, deux fois 1-0, mais déjà six points. "Si vous avez l'habitude de ne voir que des matches du siècle, tant mieux pour vous, s'est défendu l'entraîneur René Girard. Là, c'était un match de championnat. On a pris trois points contre une équipe solide, pas facile à manier et qui maîtrise son sujet."

7- Saint-Etienne 6 (battu par Lille 0-1). Le match ne restera pas dans les mémoires. Même l'entraîneur stéphanois Christophe Galtier reconnaît à demi-mot s'être ennuyé : "on a été pauvre sur le plan offensif, on a tiré seulement six fois au but. Dans ce contexte, c'était compliqué de marquer."

8- PSG 5 (vainqueur à Nantes 2-1). Le PSG n'a pas beaucoup changé par rapport à l'année dernière. Il a marqué quatre buts en trois rencontres, dont trois sur des passes lumineuses d'Ibrahimovic. Il a joué par intermittence et a marqué un but en contre. Et il ne perd toujours pas à l'extérieur : c'est son 14e match sans défaite loin de ses bases.

8- Bordeaux 4 (vainqueur de Bastia 1-0). Une victoire certes, mais pas encore de match très convaincant côté girondin. La preuve, le public n'est toujours pas revenu. 

L'attaquant bordelais Henri Saivet (en bleu) prend le meilleur sur le milieu bastiais Adama Ba (en blanc), lors du match Bordeaux-Bastia le 24 août 2013.  (NICOLAS TUCAT / AFP)

10- Montpellier 4 (vainqueur à l'arraché de Sochaux 2-1). "C'est une victoire compliquée, avec de la réussite, reconnaît l'entraîneur héraultais Jean Fernandez. Ça a été laborieux jusqu'à la fin. Il y a la satisfaction d'avoir pris trois points. Je sentais de la nervosité dans l'équipe."

11- Nice 4 (ramène un point de son déplacement à Ajaccio 0-0). Après sa déconvenue européenne sur la pelouse de Limassol (défaite 0-2), Nice s'est rassuré défensivement en Corse. Reste à se rassurer offensivement, car pour renverser la vapeur dans le barrage de Coupe d'Europe, il faudra marquer des buts !

12- Nantes 3 (battu par le PSG 1-2). Héroïques Nantais, qu'on n'attendait pas à ce niveau, qui n'ont pas eu peur du PSG et qui ont encaissé un but en contre. "On les a bousculés par moment. C'est dommage, soupire Michel Der Zakarian, le coach nantais, sur Canal +. Si on reste dans cette dynamique-là, on va gagner des matchs."

13- Valenciennes 3 (battu dans les dernières secondes par l'OM 0-1). Alors qu'on imaginait son équipe, qui ne comptait qu'un seul défenseur central de métier, souffrir en défense, c'est en attaque que Valenciennes a péché, note son entraîneur Daniel Sanchez : "J'espère qu'on ne vit pas là l'histoire de notre saison. Déjà, à Bastia, on a eu des occasions énormes et derrière, après une mésentente, on perd."

14- Guingamp 3 (a décroché ses premiers points contre Lorient 2-0). Le sauveur guingampais s'appelle Moustapha Yatabaré, auteur des trois buts de son équipe en en championnat. "Cela reste 3 points, il en reste 39 à prendre (pour le maintien) mais je préfère être dans cette situation", nuance Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur breton.

15- Bastia 3 (battu à Bordeaux sans qu'il y ait grand chose à dire 0-1). Un seul tir cadré en 90 minutes pour les Bastiais. C'est bien trop peu. 

16- Lorient 3 (battu par le voisin guingampais 1-2). Un nouveau gardien, titularisé 48 heures après son arrivée au club, une défense décimée, une attaque timide... Où est passée l'équipe de Lorient qui démarrait ses championnats en fanfare ? "Beaucoup de joueurs ont eu un niveau très inquiétant ce soir", fustige l'entraîneur Christian Gourcuff.

17- Ajaccio 2  (tenu en échec par Nice au terme d'un match soporifique 0-0). Une fois de plus, c'est la défense corse, déjà héroïque à Paris, qui permet à l'ACA de grappiller un point. L'avant-centre Adrian Mutu n'a pas eu un ballon potable pendant toute la rencontre.

18- Toulouse 2 (a ramené un point de Monaco, et sans encaisser de but s'il vous plaît 0-0). L'entraîneur toulousain, Alain Casanova, qui en a marre de l'étiquette d'équipe ennuyeuse qu'on colle à sa formation, a apprécié le match. Il était bien le seul. "J'ai vu mon équipe comme je ne l'avais pas vue depuis longtemps, au niveau de l'organisation, de la solidarité, de la détermination."

19- Sochaux 1 (battu à Montpellier 1-2). La rencontre face à Ajaccio la semaine prochaine sera - déjà- cruciale dans la course au maintien. L'entraîneur Eric Hély préfère voir le verre à moitié plein qu'à moitié vide. "Le score est cruel, mais le jeu est par moment encourageant."

20- Evian-TG 1 (s'est incliné à domicile contre Rennes 1-2). Lors de la première journée, Evian Thonon Gaillard avait dominé de la tête et des épaules Sochaux, sans gagner. Lors de la seconde journée, c'était plus dur contre l'OM. Et là, contre Rennes, c'était fantômatique. Peu d'occasion en première période, quelques maladresses, et un constat un peu inquiétant. Evian va-t-il connaître la malédiction de la deuxième année du promu ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.