Cet article date de plus de six ans.

Ligue 1 : de la neige, peu de buts

Pas de but entre Monaco et Lyon, petites victoires du PSG et de l'OM... Pour le spectacle, on repassera.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Des stadiers enlèvent la neige de la pelouse du stade Saint-Symphorien lors de Metz-Nice, le 31 janvier 2015.  (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Toute l'actualité de votre club après la 23e journée de Ligue 1 disputée les 30 et 31 janvier et le 1er février, résumée en deux phrases, pas toujours sympa.

1- Lyon 49 points (ramène un point de Monaco 0-0). "Quand on ne peut pas gagner, il ne faut pas perdre", réagit Jordan Ferri, philosophe, sur Canal +.

2- Marseille 47 (pénible vainqueur d'Evian Thonon Gaillard 1-0). Est-ce un signe ? L'entraîneur de l'OM Marcelo Bielsa a parlé du titre, après une victoire laborieuse. "Quand on est une équipe qui arrive à ce niveau du classement à ce moment de la saison, avec ce nombre de points, comment ne peut-on pas avoir légitimement cet espoir? "

3- PSG 47 (difficile vainqueur de Rennes 1-0). Très mécontent lors de sa sortie, l'attaquant Edinson Cavani a été tancé publiquement par son entraîneur Laurent Blanc qui l'a trouvé "insuffisant". En zone mixte, Zlatan Ibrahimovic a joué avec les journalistes avant de lâcher du bout des lèvres qu'il avait une relation "parfaite" avec son équipier.

4- Saint-Etienne 40 (battu à Caen 0-1). Deuxième défaite consécutive pour l'ASSE, après le revers au Parc la semaine passée. La série de 12 matchs sans défaite qui précédait parait bien loin. La Ligue des champions aussi. 

5- Monaco 40. (tenu en échec par Lyon 0-0). Monaco a battu dans le match le record de la plus longue série sans prendre de buts en L1 (Saint-Etienne) et en Europe (le Barça). Attaquer, ça les intéresse moins ? "Nous on veut gagner avec trois ou quatre buts d'écart", déclare Yannick Ferreira-Carasco sur Canal +. Ça n'est pas flagrant sur le terrain.

6- Montpellier 36 (tenu en échec à Lorient 0-0). Guy Roux ? Non, Rolland Courbis, l'entraîneur héraultais, qui perpétue la tradition française de l'entraîneur à bonnet.

L'entraîneur de Montpellier Rolland Courbis, lors du match Lorient-Montpellier, le 31 janvier 2015.  (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

7- Bordeaux 34 (tenu en échec par Guingamp 0-0). Bordeaux n'a plus gagné en L1 depuis début décembre. Inquiétant.

8- Nice 32 (a joué Holiday on ice avec Metz 0-0). Expulsé à Metz pour avoir mimé un coup de tête sur un défenseur lorrain, qui a glissé sur la neige, l'attaquant Neal Maupay fait son mea-culpa sur Twitter.

9- Nantes 32 (accroche Lille 1-1). Fou furieux sur le terrain après deux penalties non sifflés pour son équipe, Michel Der Zakarian, le coach nantais, a conclu sa conférence de presse par cette remarque sur l'arbitrage : "je pense qu'on aurait pu gagner s'il y avait eu des décisions un peu plus favorables pour nous."

10- Rennes 30 (battu à Paris 0-1). L'an passé, Rennes gâchait la fête au Parc, alors que le PSG célébrait son titre de champion. Cette année, Rennes a été étouffé par Paris et enchaîne un sixième match consécutif sans victoire. Avant cette série noire, Rennes était 5e.

11- Guingamp 29 (ramène un point de Bordeaux 1-1). La recette d'un maintien tranquille par l'entraîneur Jocelyn Gourvennec : "on était très loin au classement au soir de la 15e journée, c'était il y a pas longtemps, deux mois pile, aujourd'hui, on a 29 points. C'est un point de plus pour pouvoir avancer dans cette saison."

12- Reims 29 (battu à Toulouse 0-1). Confortablement installé en milieu de tableau, Reims n'a toujours pas gagné en L1 en 2015. Avec trois défaites et un nul sur les quatre dernières rencontres, les Rémois stagnent en championnat, et voient les équipes du bas de tableau le rattraper. "On a tous échoué sur ce match et il n'y pas grand-chose à dire, commente l'entraîneur Jean-Luc Vasseur. Je ne vais me suicider, je vous rassure, mais quand ce n'est pas bon, ce n'est pas bon et il n'y a rien à rajouter."

13- Lille 28 (ramène un point de Nantes 1-1). "Je dois vous avouer que je pensais bien gagner, se désolé l'entraîneur des Dogues René Girard, dont l'équipe a été rejointe à dix minutes du terme de la rencontre. 

 

14- Toulouse 25 (vainqueur de Reims 1-0). Première victoire depuis début décembre pour les Toulousains, qui respirent, à l'image de leur entraîneur Alain Casanova : "On avait besoin de gagner et l'équipe a mis les ingrédients qu'il fallait pour y parvenir. On a pratiquement pas concédé d'occasion. J'ai beaucoup aimé le visage de l'équipe, qui a mis beaucoup d'implication."

15- Caen 24 (vainqueur de Saint-Etienne 1-0). Redressement spectaculaire pour les Normands. Bons derniers il y a deux semaines, deux larges succès 4-1 contre Rennes et Reims et cette victoire plus serrée, mais obtenue face à la meilleure défense du championnat, leur permettent de remonter à une confortable 15e place.

16- Bastia 24 (tenu en échec à Lens 1-1). Même si le penalty sifflé pour les Lensois était imaginaire"On est toujours sur une série positive et on se contentera de ce point, même si notre intention était d’en prendre trois."

17- Lorient 24 (muet face à Montpellier 0-0). Voir le verre à moitié plein après un 0-0, épisode 4234, avec le coach des Merlus Sylvain Ripoll : "Ne pas prendre de but peut être un point positif." 

18- Evian Thonon Gaillard 23 (battu à Marseille 0-1). Avant le match, l'entraîneur savoyard Pascal Dupraz espérait que son équipe tienne 25 secondes sans prendre de but, soit plus qu'au match aller. Son équipe a fait mieux que résister, avant de céder sur un penalty généreux. "Dès que je parle de ceux qui dirigent les débats d’un match de foot, je finis en commission de discipline. Je vais donc rester discipliné. Je regrette que nous n’ayons pas un stade comme le Vélodrome puisque ça fait rapporter des points", commente le technicien de l'ETG.

19- Lens 21 (domine mais ne gagne pas contre Bastia 1-1). Antoine Kombouaré ne met pas en cause le terrain calamiteux du stade de la Licorne... mais un peu quand même. "On a l'impression de jouer au football sur une plage. C'est plus facile de défendre que de proposer du jeu."

20- Metz 21 (tenu en échec enneigé contre Nice 0-0). Le gag ultime : à Metz, en janvier, aucun ballon orange pour qu'on le voie mieux sur la pelouse enneigée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.