Statu quo en Premier League, le Bayern creuse l'écart, Dusan Vlahovic nouvelle star en Italie... Ce qu'il ne fallait pas manquer du week-end européen

Manchester City, Liverpool et Chelsea ont tous les trois gagné grâce à des penalties samedi. Ils occupent les premières places de Premier League.

Article rédigé par
Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Dusan Vlahovic (Fiorentina), Kingsley Coman (Bayern Munich) et Steven Gerrard (Aston Villa) ont marqué le week-end de football européen. (GIUSEPPE MAFFIA / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP CHRISTOF STACHE / AFP OLI SCARFF / AFP)

Les trois rivaux pour le titre en Premier League ont gagné grâce à des penalties, samedi 11 décembre. Le lendemain, l'Inter et le Real Madrid ont pris de l'avance en tête de leur championnat. Le Serbe Dusan Vlahovic (Fiorentina), nouvelle coqueluche du championnat italien, s'est offert un nouveau doublé. Retour sur les événements qu'il ne fallait pas manquer ce week-end.

Histoire de penalties en Angleterre

Statu quo outre-Manche : Manchester City, Liverpool et Chelsea ont tous les trois gagné samedi. Avec un dénominateur commun : chacune des victoires a été arrachée grâce à un penalty. City a attendu l'heure de jeu pour s'en sortir contre Wolverhampton (1-0), par Raheem Sterling auteur de son centième but en Premier League. Les Skyblues restent en tête, un point devant Liverpool.

Raheem Sterling a inscrit son centième but en Premier League contre Wolverhampton, samedi. (NIGEL RODDIS / AFP)

Pour son grand retour à Anfield, sur le banc d'Aston Villa, Steven Gerrard a cru jouer un mauvais tour aux Reds. Mais l'épatant Mohamed Salah a délivré les siens avec son 14e but de la saison (1-0). Ce fut - encore - plus laborieux pour Chelsea contre Leeds. Menés en pemière période, les joueurs de Thomas Tuchel ont eu recours à deux penalties de Jorginho, dont un au bout du temps additionnel, pour rester au contact (3-2). 

Ces victoires, certainement pas les plus belles de la saison, confirment une tendance : le titre se jouera, sauf grosse surprise, entre ces trois-là. West Ham, quatrième et tenu en échec à Burnley (0-0), pointe à huit points, juste devant Manchester United, court vainqueur de Norwich (0-1). Une victoire obtenue sur penalty, évidemment.

Dortmund n'a pas digéré le Klassiker, le Bayern s'envole

Le suspense est-il déjà clos en Allemagne ? Avec six points d'avance sur le Borussia Dortmund, le Bayern a creusé un écart conséquent dans la course au titre. Victorieux de son rival la semaine dernière (2-3), le club bavarois a confirmé face à Mayence, samedi (2-1). Menés à la pause, les joueurs de Julian Nagelsmann s'en sont sortis grâce, notamment, à un but de Kingsley Coman.

Dans le même temps, Dortmund n'a pu faire mieux qu'un nul sur la pelouse de Bochum (1-1). Et encore, le BVB a limité la casse en égalisant par Julian Brandt dans les dernières minutes... Trop irréguliers, Dortmund accuse le coup. Seul point positif de ce week-end, Leverkusen, troisième, a été séché à Francfort (5-2) et compte désormais quatre unités de retard.

Dusan Vlahovic, le phénomène qui enchante l'Italie

Mais où s'arrêtera Dusan Vlahovic ? L'attaquant serbe de 21 ans s'est offert un nouveau doublé ce week-end, face à la Salernitana (4-0). Buteur pour le cinquième match d'affilée, il affiche désormais un total de quinze réalisations en dix-sept rencontres de Serie A. Vlahovic, auteur de 32 buts sur l'année civile 2021, s'affirme comme l'une des plus belles promesses de sa génération. Il porte une Viola euphorique et cinquième du championnat après plusieurs saisons galères.

Très courtisé l'été dernier, l'international serbe (7 buts en 14 capes) est annoncé sur les tablettes de grosses écuries cet hiver, à commencer par l'Inter. Les Nerazzurri, justement, ont fait la bonne opération en prenant la tête de la Serie A grâce à leur victoire contre Cagliari (4-0). Ils ont profité des faux pas de l'AC Milan (2e et tenu en échec 1-1 à Udine) et du Napoli (4e et battu 0-1 par le promu Empoli). Victorieuse de l'Hellas Vérone (1-2), l'Atalanta, 3e à trois points de l'Inter, est plus que jamais dans la course au Scudetto.

En Espagne, le Real Madrid poursuit son cavalier seul

A mesure que les semaines défilent, et le Real Madrid s'affirme comme le principal prétendant au titre en Liga. Le seul ? Il est sans doute trop tôt pour l'affirmer, mais les Madrilènes comptent un épais matelas d'avance sur leurs poursuivants après leur victoire (2-0) dans le derby contre l'Atlético. Séville, dauphin avec huit points de retard, suit la cadence sans réellement rivaliser. 

La performance du week-end est à mettre au crédit du Real Betis. Les coéquipiers de Nabil Fékir, encore buteur dimanche, ont surclassé la Real Sociedad (4-0). Troisièmes avec quatre points d'avance sur leurs rivaux du jour, les Andalous se placent en outsiders dans la course à la Ligue des champions.

Nabil Fékir et Sergio Canales célèbrent la large victoire du Real Betis face à la Real Sociedad dimanche. (CRISTINA QUICLER / AFP)

Cette lutte pour les places d'honneur, Barcelone la regarde de très loin. Les Catalans, désormais 8es, ont été accrochés par Osasuna (2-2). Signe d'un effectif très limité, le jeune Abdessamad Ezzalzouli, 19 ans et ailier droit de formation, a joué... piston gauche. Son but n'a pas suffi. "C'est de bon augure pour le futur du club, mais ça en dit beaucoup sur la situation actuelle", a analysé l'entraineur Xavi à la fin du match.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Liga

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.