Real Madrid – FC Barcelone : Ousmane Dembélé, l'âge de la maturité

Après trois premières saisons en dilettante au FC Barcelone, Ousmane Dembélé a enfin trouvé l’équilibre en Catalogne pour s’imposer comme l’un des éléments-clés de l’équipe de Ronald Koeman. Face au Real Madrid, lors du Clasico samedi 10 avril, comme dans la course au titre, les performances du Français seront déterminantes pour le Barça.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Ousmane Dembélé célèbre son but face à Séville, le 27 février 2021 (CRISTINA QUICLER / AFP)

Cette saison, la vie est douce pour Ousmane Dembélé à Barcelone. Finies les blessures à répétition, au placard l’indiscipline chronique. Place au nouveau Dembélé, plus mature et régulier, joueur-clé dans l’effectif de Ronald Koeman. Contre le Real Madrid samedi 10 avril, pour un Clasico devenu décisif dans la course au titre suite aux déboires de l’Atlético de Madrid, l’ailier français sera essentiel pour l’attaque du Barça, aux côtés de Lionel Messi et Antoine Griezmann.

Car si le Barça, 2e à un point de l’Atlético, peut encore croire au titre à neuf journées de la fin de la saison, c’est en partie grâce à Dembélé. Lundi dernier, le champion du monde français a sauvé le club catalan en inscrivant un but salvateur à la toute dernière minute du match face au Real Valladolid (1-0). Un succès in extremis qui permet au Barça, relégué à 10 points de la 1re place début janvier, de rêver du titre de champion d’Espagne.

"Dembélé le héros"

Après son but face à Valladolid, Dembélé a fait la Une des journaux espagnols. "Un but pour la Liga", titrait Mundo Deportivo, tandis que Sport parlait de "Dembélé le héros". Un retournement de situation tant Dembélé a pu être régulièrement critiqué par les médias espagnols. Il faut dire qu’il y avait de quoi… Depuis son arrivée en Catalogne en 2017, le jeune et insouciant Dembélé a enchaîné les retards à l’entraînement, se voyant même infliger une amende de 100 000 euros par son club en décembre 2018.

Un comportement indigne d’un joueur professionnel décrit par son ex-cuisinier, Mickaël Naya, au Parisien en août 2019 : "Ousmane est un gentil garçon mais il n’a pas sa vie entre ses mains. Il vit constamment avec son oncle et son meilleur ami, qui n’osent rien lui dire. C’est une vie cahotante. Je n’ai jamais vu d’alcool, mais il ne respecte pas du tout ses plages de repos, il n’y a aucune structure de haut niveau autour de lui."

Mais si les médias espagnols laissent Dembélé tranquille depuis plusieurs mois - malgré un nouveau retard à l’entraînement d’une quinzaine de minutes en septembre dernier -, c’est que le deuxième joueur français le plus cher de l’histoire (transféré à Barcelone pour 135 millions d'euros) a trouvé la recette, faite de plusieurs ingrédients : un Euro 2021 qui approche et que Dembélé souhaite absolument disputer, un nouvel entraîneur au Barça, Ronald Koeman, qui semble être parvenu à tirer le meilleur parti de son joueur et, surtout, une prise de conscience.

Un nouvel entourage bénéfique

À bientôt 24 ans - il les fêtera le 15 mai prochain -, Dembélé a enfin réalisé les attentes et les impératifs qui entourent la vie d’un footballeur professionnel. Depuis plus de deux ans, le cuisinier Anthony Audebaud l’accompagne. Et depuis l’été dernier, l’ailier du Barça s’est entouré de deux autres personnes : le kinésithérapeute Jean-Baptiste Duault et le préparateur physique Salah Ghaidi. Impossible de savoir si Dembélé est devenu un lève-tôt mais cet entourage bénéfique lui a en tout cas permis de perdre ses mauvaises habitudes. 

"Il n’est pas encore à 100% physiquement. Je ne suis pas sûr qu’il se rende compte jusqu’où il peut aller. C’est une machine de guerre", expliquait Ghaidi à L’Équipe fin mars. En réalité, Dembélé a bien pris conscience de sa situation. "Quand je suis arrivé, j’étais tout frêle. Même quand j’ai commencé en professionnels au Stade Rennais et au Borussia Dortmund, j’étais tout frêle et j’ai beaucoup évolué ici, à Barcelone, avec les préparateurs physiques. Ma façon de m’entraîner, ma manière de préparer les matches, tout cela a changé", expliquait-il dans une interview publiée sur le site de l’UEFA début février.

Une prolongation ou un départ ?

Ronald Koeman, son entraîneur au Barça, est tombé sous le charme. En début de saison pourtant, Dembélé semblait partir de loin, derrière Ansu Fati dans la hiérarchie des attaquants. Mais la blessure du jeune espagnol a rebattu les cartes. "Vous êtes surpris par sa performance ? Pas moi. Quand les blessures le laissent tranquille et qu’il va bien physiquement, il nous donne beaucoup. La clé de cette saison, ça a été sa régularité au travail", a expliqué Koeman après la victoire contre Valladolid lundi.

Cette saison, à Barcelone, il y a donc le génie Messi, le généreux Griezmann et le fougueux mais non moins sérieux Dembélé. Un trio qui porte enfin le Barça qui affiche une série en cours de 19 matches sans défaite en Liga. Et dans tout ça, Dembélé enchaîne comme jamais il ne l’avait fait auparavant en Espagne, avec 24 matches consécutifs sur le terrain. L’ailier a disputé tous les matches de son équipe en 2021 et a déjà joué 2 331 minutes cette saison, presque autant que sa saison la plus complète en Catalogne (2 503 minutes en 2018-2019).

Le tout avec des buts décisifs contre Eibar (1-1 en décembre), Séville (2-0 en février) et Valladolid en début de semaine. Des performances inattendues, ou plutôt qu’on n’attendait plus en Catalogne venant du Français. Et qui poussent les dirigeants du club à envisager une prolongation de leur joueur. Dembélé, sous contrat jusqu’en 2022 avec le Barça, devra choisir entre poursuivre son aventure en Espagne ou un départ cet été. Là encore, sa nouvelle maturité devrait l’aider à prendre sa décision.

-

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.