Cet article date de plus de sept ans.

Les derniers huitièmes : l'Europe face aux Amériques

Ce mardi, les deux derniers huitièmes de finale de la compétition opposent l’Argentine à la Suisse (18h) et la Belgique aux Etats-Unis (22h). Si l’Albiceleste apparaît comme favorite face à la sélection helvète, la rencontre entre les Diables Rouges et les joueurs de Jurgen Klinsmann est plus incertaine.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Lionel Messi, le plus européen des Argentins, défie la Suisse en huitièmes de finale. © Maxppp)

Argentine-Suisse (18h) à Sao Paulo

Avec trois victoires en trois matchs de poule, l’Argentine est clairement favorite de ce huitième de finale. L’Albiceleste a inscrit six buts depuis le début de la compétition, dont cinq sont à mettre au crédit de Lionel Messi. La Pulga n’est pas loin du sommet de son art, et est là pour faire la différence quand la situation semble bloquée, comme contre l’Iran. Messi avait marqué dans le temps additionnel, assurant la qualification de son équipe pour le tour suivant.

Face à l’Argentine, la Nati devra se surpasser. Avec deux victoires et une défaite (contre la France, 5-2), les Suisses ne présentent pas un mauvais bilan dans leur groupe E. Mais l’Argentine n’est pas l’Equateur, et encore moins le Honduras. Avec une défense qui reste fébrile, l’atout hélvète est incontestablement Xherdan Shaqiri, son attaquant. Auteur d’un hat trick face au Honduras, il est sans doute le joueur suisse le plus dangereux.

Belgique-Etats-Unis (22h) à Salvador

Comme l’Argentine, la Belgique arrive en huitième de finale avec un solide bilan de trois victoires en trois rencontres. Mais les Diables rouges peinent encore à convaincre. Trois buts seulement ont été marqués par les Belges dans la compétition, alors qu’on les attendait beaucoup plus offensifs. Le point positif vient clairement d’Eden Hazard. Le joueur de Chelsea monte en puissance et pourrait être déterminant en vue d’une qualification pour les quarts.

Il faudra pour cela venir à bout d’une solide équipe américaine. Les joueurs de Jürgen Klinsmann ont montré de belles qualités de jeu depuis le début du Mondial brésilien. Après une victoire contre le Ghana et un nul contre le Portugal, les Stars & stripes ne se sont inclinés qu’à une reprise -et encore, par le plus petit des scores- face à l’Allemagne. Les Américains peuvent compter sur Germain Jones, l’un des atouts les plus solides de la sélection, pour jouer crânement leur chance. La rencontre s’annonce passionnante.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.