Cet article date de plus d'onze ans.

Le Real triomphe du Barça et peut croire au sacre en Liga

Une victoire en terre catalane : voilà de quoi plier sur le terrain et dans les têtes le championnat espagnol.

Article rédigé par franceinfo avec AFP et Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La joie du défenseur portugais du Real Madrid Pepe après la victoire 2-1 à Barcelone en Liga, le 21 avril 2012. (JOSEP LAGO / AFP)

Le Real Madrid ne s'est pas encore offert le sacre samedi en Liga, mais le club s'est adjugé, en attendant mieux, le "clasico" face à son ennemi juré, le FC Barcelone, grâce à un but plein de sang froid de Cristiano Ronaldo (2-1).

A quatre journées du dénouement, les "Merengue" comptent sept longueurs d'avance sur leurs rivaux et peuvent entr'apercevoir un titre qui les fuit depuis 2008, année du dernier sacre madrilène avant les trois saisons d'hégémonie catalane. L'entraîneur barcelonais, Pep Guardiola, a d'ailleurs reconnu sa défaite en conférence de presse : "Je félicite le Real pour sa victoire et aussi pour le titre de champion qu'ils ont sans doute obtenu ce soir."

Le Real ne fait plus de complexe

Sous la pluie fine du Camp Nou, les joueurs du Real n'ont affiché aucun complexe d'infériorité et ont même pris l'ascendant grâce à un but de Sami Khedira, qui a hérité d'une balle mal repoussée par Victor Valdes après un corner (17e).

On prêtait à Mourinho l'intention de vouloir jouer de manière ultra-défensive au Camp-Nou: si cet axiome allait se vérifier après le but des Blancs, il n'en était rien au début de la rencontre. Bien propulsé par un trio d'attaque Özil-Ronaldo-Benzema très mordant, le Real est mieux entré dans le match que son adversaire, et surtout, a su contrôler le match sans avoir le ballon.

En comparaison, les Barcelonais semblaient nerveux et manquaient de la fluidité qui fait leur marque de fabrique. Dans l'immense enceinte barcelonaise, l'appréhension palpable des socios catalans a finalement laissé la place à la ferveur à vingt minutes de la fin, lorsque le Chilien Alexis Sanchez a remis les deux équipes à égalité.

Mais le silence est revenu à peine trois minutes plus tard. A la 73e, Mesut Ozil lance Cristiano Ronaldo qui, dans sa course, propulse du pied droit la balle dans les cages de Victor Valdes.

Cristiano Ronaldo décisif

Ce but, le 42e pour le Portugais cette saison en Liga, apporte une réponse cinglante à ses détracteurs, qui accusent régulièrement le joueur de s'éclipser dans les rencontres au sommet. Il lui permet par la même occasion de reprendre seul la tête du classement des buteurs, avec une réalisation de plus que Lionel Messi.

Le triomphe de Cristiano Ronaldo est aussi celui de son entraîneur, José Mourinho. Le technicien remporte en effet son premier "clasico" depuis la victoire en finale de la Coupe du Roi la saison dernière. Curieusement, c'est la fois où il ne tente pas de coup tactique et où il aligne une équipe classique que le technicien portugais s'impose.

Le succès de prestige empoché en terre catalane a de quoi regonfler le capital confiance du Real Madrid, qui disputera mercredi le match retour de sa demi-finale de Ligue des champions face au Bayern Munich, après une défaite 2-1 à l'aller.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.