Le PSG se lance dans le haut de gamme chez Colette

Le Paris Saint-Germain a dopé ses ventes de produits dérivés depuis son rachat par le Qatar. Mais vendre des maillots de Zlatan ne suffit pas, alors le club lance une nouvelle collection avec des grandes marques. Et ça se passe dans un haut lieu de la mode chic parisienne, le magasin Colette.

(François Geffrier Radio France)

Un club de foot relooké pour faire
toujours plus de chiffre. Le PSG a lancé une série de produits
dérivés de luxe dans le magasin parisien Colette. Les fans de Zlatan et
de ses coéquipiers peuvent y trouver :
casque audio, vêtements, console de jeux, tout ça, aux couleurs bleu et rouge
de Paris.

Les tarifs vont de six euros pour une
figurine de joueur à 350 euros pour un siège du Parc des princes relooké.
Des objets haut de gamme, plutôt
chers, même si Frédéric Longuépée, directeur général adjoint du PSG, se défend
de réserver ces produits à un public fortuné. "Aujourd'hui, un parfum est
accessible au plus grand nombre. Donc on essaie de toucher toutes les cibles,
parce que nous sommes convaincus qu'il n'existe pas de club populaire, au bon
sens du terme, s'il ne s'adresse pas à l'ensemble des populations
".

De 300.000 à
1,2 million de produits

L'objectif est bien de toucher un public toujours plus large. Le PSG
joue un meilleur football qu'avant et veut être performant aussi en dehors du
terrain, avoir une bonne image de marque. Une façon d'augmenter les ressources
financières du club, même si Fabien Allègre, responsable du merchandising au
PSG, minimise cet apport des produits dérivés. "L'activité de
diversification des marques est un tout petit ingrédient, qui effectivement est
rentable. Nous sommes une goutte d'eau par rapport à ce que représente
l'économie d'un club
".

Pourtant, les chiffres sont là : depuis le rachat du Paris Saint-Germain
par des investisseurs venus du Qatar, et le recrutement de joueurs vedettes
comme Pastore, Zlatan ou Cavani, les ventes se sont envolées. "C'est
assez simple, on est passés de 300.000 produits à 1,2 million de produits
commercialisés chaque année
", explique Fabien Allègre, "entre la vente
à distance, le magasin des Champs-Elysées et le magasin du Parc des princes, on
a réussi à faire fois quatre depuis la reprise
".

Et ça va aller plus loin puisque l'objectif affiché des dirigeants du
Paris Saint-Germain est d'entrer dans le top 5 des clubs européens qui
engrangent le plus de recettes en produits dérivés. Pour cela, le PSG compte
multiplier les points de vente en France et dans le monde. L'étape suivante
pour le club sera de se tourner davantage vers ses supportrices, en déclinant
pour les femmes les produits dérivés pour l'instant presque uniquement
masculins.