Cet article date de plus d'onze ans.

La Russie à l'Euro 2012 : joue-la comme Staline

Vladimir Poutine a ouvertement souhaité que son équipe nationale rencontre l'Allemagne en quarts de finale, le 22 juin. Soit 71 ans jour pour jour après le début de l'invasion nazie de l'URSS. 

Article rédigé par Pierre Godon
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Vladimir Poutine pendant un match de la Russie, en 2010. (ALEKSEY NIKOLSKYI / RIA NOVOSTI)

L’anecdote qui fait tache. Le sélectionneur, le Néerlandais Dick Advocaat, est vu par les Russes comme une marionnette de Gazprom. Avant, il était l’entraîneur du Zénith Saint-Petersbourg, propriété de l’entreprise énergétique. Maintenant, son patron, le président de la Fédération, est un ancien de Gazprom. On vous laisse deviner qui sponsorise l’équipe nationale.

L’anecdote qui fait encore plus tache. D’ailleurs, après cinq ans en Russie, Advocaat n’a pas daigné apprendre le russe.

Le joueur que vous avez une chance de connaître. 
La star, c’est Andreï Archavine, un milieu de terrain qui a porté son équipe à bout de bras lors de l’Euro 2008, avant de disparaître depuis son transfert à Arsenal (Angleterre). Son coach estime "qu’il joue à son niveau un match sur cinq". Dans le jargon, on appelle ça le syndrome Yoann Gourcuff.

Leur tactique. 
Un 4-3-3 à la hollandaise. Les Hollandais sont réputés pour la variété de leurs fromages, mais pas de leur tactique. Depuis le grand Ajax Amsterdam des années 1970, tout le pays joue comme ça.

Le coin des pronostiqueurs. 
Vladimir Poutine les voit bien finir deuxième de leur groupe et jouer en quarts de finale contre l’Allemagne, dans un remake patriotique, mais plus pacifique, de la seconde guerre mondiale. Si Poutine voit juste, le match aura lieu le 22 juin prochain, 71 ans jour pour jour après le début de l’invasion nazie de l’URSS.

Le coin des supporters :
ça va être chaud.

Dans le même groupe :
- la fiche de la Grèce
- la fiche de la République Tchèque
- la fiche de la Pologne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.