Cet article date de plus de neuf ans.

La Ligue des champions sur Al-Jazeera Sports : est-ce une bonne nouvelle ?

Près de 90 % des matchs de la Ligue des Champions seront diffusés sur la chaîne qatarie dès 2012. Et de nombreuses rencontres de Ligue 1 vont aussi tomber dans son escarcelle. Le point sur ce bouleversement dans le paysage audiovisuel sportif. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le ballon de la Ligue des Champions, lors d'un match à Bucarest, le 17 septembre 2008. (Vladimir Rys / Getty Images)

L'UEFA a annoncé lundi 5 décembre qu'Al-Jazeera avait remporté les droits de diffusion de la Ligue des Champions pour la période 2012-2015. TF1, M6 et Canal+ vont quant à eux se disputer le premier choix, les matchs diffusés en clair, qui sera attribué mercredi. La chaîne qatarie prive Canal+ de son fonds de commerce sur cette compétition. Une chaîne dont le slogan anglais est "we have no limits" (nous n'avons pas de limites), et ça se voit.

 

Une bonne nouvelle pour les clubs

L'offre d'Al-Jazeera (une chaîne financée à 100 % par l'émirat du Qatar) était deux fois plus élevée que le tarif actuel payé par Canal+ pour diffuser tous les matchs de Ligue des Champions en crypté. 61 millions contre 31 actuellement, le tarif le plus bas des grands pays européens. Canal+, dans une période de restriction des coûts, n'a pas poussé la surenchère. On l'avait déjà vu lors de l'attribution des droits de la Ligue 1 pour 2012-2016, où la chaîne du groupe Vivendi avait lâché du lest. 

Comme pour les droits du championnat national, l'argent des droits télé de la Ligue des Champions finit dans les poches des clubs qui y participent. La moitié des droits télé est reversée aux clubs participants. Les droits en France augmentant mécaniquement avec l'arrivée d'Al-Jazeera (31+25 aujourd'hui, demain 61+ une somme restant à définir, mais au moins 25 millions d'euros), c'est tout bénéfice pour les clubs, qui jusqu'ici n'avaient pas droit à grand chose (PDF).

Une bonne nouvelle pour le Qatar

"Cette chaîne n'est pas dans une logique marchande traditionnelle, explique Frédéric Martel, auteur du livre Mainstream qui s'intéressait (entre autres) à la montée d'Al-Jazeera. L'argent du Qatar est tel que le problème n'est pas la rentabilité. Il y a une vraie stratégie, mais pas une stratégie commerciale, contrairement à ce que fait le groupe Lagardère en France par exemple. La logique d'Al-Jazeera est une logique panarabe, et vise à parler aux Français issus de l'immigration ou au Maghreb."

Une mauvaise nouvelle pour Canal+

La chaîne cryptée ne fait pas de commentaires, mais c'est un coup dur. Sans une partie de la L1 et la Ligue des Champions, son pouvoir d'attraction va inévitablement s'affaiblir auprès des fans de foot. "L'idée est de rentrer en France via une chaîne sportive, donc il est logique qu'[Al-Jazeera] achète les droits, poursuit Frédéric Martel. Canal+ n'en est qu'une victime collatérale. Quand vous voulez rentrer en France sur ce terrain, il faut affronter les concurrents." Le choix de Charles Biétry, un ancien de Canal+ et de France Télévisions, pour diriger Al-Jazeera sports, n'est pas un hasard. Comme dans le cas de Leonardo pour le sportif ou Jean-Claude Blanc pour le financier au PSG, les Qataris savent aller chercher ailleurs les compétences qui leur manquent.

Comme le note Le Point, Canal+ va bientôt être concurrencée dans son autre chasse gardée, le cinéma, par le groupe américain Netflix. 

Un caméraman filme un match de la Coupe du monde 2006 entre l'Argentine et la Serbie-Monténégro, le 16 juin 2006 à Gelsenkirchen.  (PHIL COLE / GETTY IMAGES)

Et pour le téléspectateur ?

Al-Jazeera ne va pas chercher à rafler les quelques évènements sportifs qui étaient encore en clair : la chaîne ne s'est pas positionnée pour le lot du premier choix à chaque journée de Ligue des Champions, ce que diffuse actuellement TF1. C'est Charles Biétry qui l'affirme sur RMC. Même si l'UEFA, l'instance qui dirige le foot européen, préfèrerait que sa compétition reine reste en clair, rien ne dit que TF1 fera un effort vu les audiences décevantes constatées ces dernières années (rarement au-dessus de 5 millions de téléspectateurs). 

Idem pour l'Euro 2012, pour lequel la chaîne qatarie ne concourra pas. En revanche, l'Europa Ligue, les droits de certains championnats étrangers en France ou d'autres matchs de Ligue 1 pourraient tomber dans son escarcelle. 

Reste à trouver un canal de diffusion pour la chaîne qatarie : Orange Sport ne veut pas se vendre à Al-Jazeera, la tentative de racheter NRJ 12 a du plomb dans l'aile, et l'hypothèse d'un rachat d'Eurosport est compliquée par la législation sur l'achat de chaînes de télé par des groupes étrangers. Sans parler du fait que si Al-Jazeera veut être distribuée par le satellite, elle devra négocier avec.. CanalSat, principal acteur du marché et propriété de son concurrent n°1. Autre défi : parvenir à recruter des abonnés fidèles depuis des années à Canal+. L'échec d'Orange Sports montre qu'il n'est pas facile de les débaucher, malgré des moyens considérables.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.