Cet article date de plus de neuf ans.

L'OM se paye Pape Diouf dans "L'Equipe"

L'ex président de l'Olympique de Marseille est accusé par les dirigeants actuels de tentative de déstabilisation dans les coulisses. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dider Deschamps et Pape Diouf (D) lors d'une conférence de presse de l'Olympique de Marseille à Marseille le 17 juin 2009. (PATRICK GHERDOUSSI / SIPA)

"L'Olympique de Marseille présente Pape Diouf : l'amour du Je". Le jeu de mots pique et la photo de Pape Diouf, lunettes noire sur le visage façon star, qui l'accompagne, n'est pas plus tendre. Dans L'Equipe datée du dimanche 10 mars, l'Olympique de Marseille s'est payé un "publi-communiqué" à charge contre son ex-président, accusé par les dirigeants actuels de tentative de déstabilisation dans les coulisses du club.

L'ancien journaliste et agent de joueurs, président de l'OM entre 2005 et 2009 vient de publier une biographie intitulée: "C'est bien plus qu'un jeu". "Tout y est: la perception déformée de certains évènements, l'amnésie, un brin de paranoïa et une bonne dose de mégalomanie", reproche l'OM.

Malaise en coulisses

"La porte, il ne l'a pas claquée. Il l'a prise à la demande de l'actionnaire. Pour deux raisons. La première est d'avoir fait exploser la masse salariale (+140%) en l'espace de 60 mois. Pape Diouf, si prompt à dénoncer la mauvaise gestion des autres ne fournit étonnamment presque aucun chiffre sur la sienne. Le second motif de son éviction est qu'il n'a pas su conserver Eric Gerets, entraîneur lors de la saison 2008-2009", poursuit le club.

Depuis plusieurs semaines, le président de l'OM Vincent Labrune et les propriétaire du club critiquent les agissements d'anciens proches dans la coulisse. Jeudi, le club a également déposé plainte, pour provocation à la commission d'un crime ou délit, à la suite d'une manifestation de supporteurs qui réclamaient la démission du président du club.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.