Cet article date de plus de huit ans.

L'attribution du Ballon d'or, un processus "truqué" selon la Fédération portugaise

"Quand les gens ne croient plus au procédé, ils ne participent plus et ne lui accordent plus la valeur et la rigueur dont il a besoin pour avoir une image positive", a dénoncé son président.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'avant-centre portugais Cristiano Ronaldo, le 19 novembre 2013, à Stockholm (Suède). (ERIK MARTENSSON / AP / SIPA)

"Le procédé ne nous semble pas transparent." L'attribution du Ballon d'or est le résultat d'un procédé "truqué" et discrédité, ce qui explique la faible participation et l'extension du délai accordé au collège électoral, estime le président de la Fédération portugaise de football, jeudi 21 novembre. "L'extension du délai en raison d'un petit nombre de voix recueillies signifie que les gens ont cessé de croire dans un procédé qui est truqué depuis le départ", a déclaré Fernando Gomes dans un entretien à la télévision publique portugaise RTP.

"Quand les gens ne croient plus au procédé, ils ne participent plus et ne lui accordent plus la valeur et la rigueur dont il a besoin pour avoir une image positive", a-t-il ajouté. Le vote pour désigner le Ballon d'Or, qui devait s'arrêter le 15 novembre, a été prolongé de deux semaines et les votes déjà effectués peuvent être modifiés. Un porte-parole de la Fifa a expliqué mercredi que la décision était due à un "faible nombre de réponses de sélectionneurs, capitaines des équipes nationales et de représentants des médias" reçues. 

Ce changement des règles devrait profiter surtout à Cristiano Ronaldo, déjà récompensé en 2008 et qui a marqué les quatre buts du Portugal en barrages pour le Mondial 2014 contre la Suède (1-0 à l'aller, 3-2 au retour). Le Ballon d'or 2013 sera remis le 13 janvier 2014. L'an dernier, il avait été remis à Lionel Messi pour la quatrième fois consécutive.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.