Cet article date de plus d'onze ans.

L'Angleterre à l'Euro 2012 : joue-la discret

Pour une fois, l'Angleterre va essayer de faire sans frasques, sans strass ni paillettes, sans cuites et sans lancers de nains. Nous écrivons bien : "va essayer".

Article rédigé par Pierre Godon
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Andy Carroll, un des attaquants de l'équipe d'Angleterre. (PAUL ELLIS / AFP)

L’anecdote qui fait tache. L’équipe des joueurs blessés ou écartés par le sélectionneur a meilleure figure que celle qui défiera la France le 11 juin. C’est dire si l’Angleterre est affaiblie.

Le joueur que vous avez une chance de connaître. John Terry et Steven Gerrard jouent depuis tellement longtemps avec la sélection qu’on va plutôt s’intéresser à Andy Carroll, l’image d’Epinal du footballeur anglais. Il est gigantesque, arbore un air perpétuellement ahuri sur le terrain, n’est pas très mobile, pas spécialement bon de la tête, mais a été sélectionné en équipe nationale et acheté une fortune par Liverpool l’an passé. Accessoirement, il a un petit souci avec la boisson et aime attacher ses longs cheveux en queue de cheval comme l'ex-joueur français Emmanuel Petit (champion du Monde en 1998). Ça y est, vous tenez votre chouchou.

La tactique. Floue. Roy Hodgson a hérité du poste le 1er mai, et n’a eu qu’une poignée de matchs amicaux pour la mettre en place. De ce qu’on a vu, c’est une sorte de remix de ce qu’a montré Chelsea en Ligue des champions : tous derrière et deux attaquants qui courent vite devant. Le Guardian compare ça à la Grèce de 2004, c’est dire si on va s’ennuyer devant les matchs de Steven Gerrard and co.

Le coin des pronostiqueurs. Le blog That 1980 Sport Blog note qu’avant chaque compétition internationale, le bon vieux complexe de supériorité renaît. En 1984, le Daily Mail titrait : "L'Angleterre sur la voie royale". Résultat : une élimination au premier tour. Cette année, ce serait plutôt l’inverse : avec un sélectionneur arrivé il y a trois mois et tout le milieu de terrain sur le flanc, passer le premier tour ferait figure d’exploit.

Le coin des supporters. La fédération anglaise a dû renvoyer des tickets à l’UEFA, faute de volontaires. Les fans anglais y croient tellement peu qu’au lieu des 10 000 attendus, c’est 4000 supporters au maximum qui devraient se rendre en Ukraine.

Dans le même groupe : 
la fiche de la France
la fiche de l'Ukraine
la fiche de la Suède

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.