Cet article date de plus de six ans.

Football : Platini ne soutient pas Blatter pour la présidence de la Fifa

Quatre jours avant l'élection à la présidence de la Fifa, Michel Platini, le président de l'UEFA, a révélé qu'il soutenait le prince Ali, seul adversaire de Sepp Blatter, qu'il accuse de mensonge.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Michel Platini soutient l'adversaire de Sepp Blatter pour la présidence de la Fifa © MaxPPP)

"J'ai l'intime conviction qu'Ali pourrait faire un grand président de la Fifa" . Sans ambiguïté, le président de l'UEFA, Michel Platini, a apporté son soutien vendredi au seul adversaire de Sepp Blatter, pour la présidence de la Fifa, l'instance internationale du football. Une position confirmée ce lundi dans le journal L'Equipe , où Michel Platini s'exprime en longueur.

Il revient notamment sur l'élection de 2011, où il avait soutenu Sepp Blatter, qui lui aurait promis à l'époque, que ce serait son dernier mandat. "J'ai la désagréable impression de m'être engagé personnellement sur la base d'un mensonge. La Fifa a besoin d'un nouveau leader et de sang neuf."

"Il a la peur du vide"

Le Suisse, qui est à la tête de la Fifa depuis 17 ans, brigue un cinquième mandat et Michel Platini n'est pas tendre avec lui, et ce n'est pas la première fois. "Il faut savoir passer la main et ne pas essayer de s'accrocher à son trône coûte que coûte. Il a la peur du vide," dit l'ancien meneur de jeu de l'Equipe de France dans L'Equipe . Début janvier déjà, Platini avait estimé que le Jordanien de 39 ans, issu de la famille royale, avait "toute légitimité pour occuper les plus hautes responsabilités" . Dans un milieu aussi feutré, ce genre de déclaration ne se fait jamais par hasard.

Maradona aussi se paye Blatter

Michel Platini n'est pas le seul à critiquer Sepp Blatter ce lundi. Diego Maradona signe une tribune incendiaire dans le journal anglais Daily Telegraph. Pour l'Argentin, "nous avons un dictateur à vie à la tête de la Fifa.  S'il incarne le visage du football international, alors nous sommes bien mal embarqués ".

L'élection aura lieu vendredi à Zürich et Sepp Blatter reste l'immense favori pour se succéder à lui-même. Michel Platini n'a pas le droit de vote puisque ce sont les 209 présidents de fédérations membres de la Fifa qui devront choisir entre le Suisse et le Jordanien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.