Football : le FC Sochaux bientôt sauvé par une offre de Romain Peugeot ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Football : le FC Sochaux bientôt sauvé par une offre de Romain Peugeot ? -
Football : le FC Sochaux bientôt sauvé par une offre de Romain Peugeot ? Football : le FC Sochaux bientôt sauvé par une offre de Romain Peugeot ? - (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3 - N. Boubetra, B. Comte; France 3 Franche-Comté
France Télévisions
France 3
Le dénouement est proche pour les supporters de Sochaux, qui attendent avec impatience la décision des instances dirigeantes. Le club est menacé de relégation, et en saura plus sur sa situation, ce mardi 1er août. Lâché par son propriétaire chinois, le FC Sochaux vient de recevoir une offre de Romain Peugeot.

"Le stade de toutes vos émotions" ou stade Bonal n’a jamais aussi bien porté son nom, alors que les nerfs des supporters sochaliens sont soumis à rude épreuve depuis que le club risque le dépôt de bilan. "Même s’ils disparaissaient, on serait toujours là pour les soutenir. Sochaux vivra", précise une supporter. Pour se maintenir en Ligue 2, le FC Sochaux cherche 12 millions d’euros. Romain Peugeot, arrière-petit-fils du fondateur du club, propose de mettre 8 millions d’euros sur la table. Les 4 autres millions seraient apportés par plusieurs collectivités locales, après la défection du propriétaire chinois.

Créé en 1928

"On a 150 salariés qui se retrouveraient sur le carreau. On a un centre de formation avec des dizaines de jeunes qui n’auraient pas de solution à la rentrée", précise Nicolas Pacquot, député de la 3e circonscription du Doubs. L'enjeu est autant économique qu’historique. Créé en 1928 par Jean-Pierre Peugeot, le club est avant tout le cœur et l’histoire d’une ville populaire et industrielle. Sochaux, c’est 66 saisons en première division, avec deux Coupes de France remportée, la dernière en 2007. Les supporters attendent désormais que le Comité national olympique et sportif français se prononce sur le projet de rachat de Romain Peugeot.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.