Cet article date de plus de neuf ans.

Foot : la France confirme l'embellie en battant l'Italie (2-1)

Une victoire chanceuse, mais une victoire quand même !

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Mathieu Valbuena et Bafétimbi Gomis, buteurs français contre l'Italie (2-1) le 14 novembre 2012. (OLIVIER MORIN / AFP)

FOOT - Que retenir de la victoire des Français contre l'Italie, lors d'un match amical à Parme, le 14 novembre ?

Une victoire chanceuse

La victoire des Français est plutôt chanceuse. Dominés au nombre d'occasions, de tirs, en terme de possession de balle, les Bleus (qui jouaient en blanc) ne doivent leur salut à un bon Lloris, deux coups de pouce de la barre transversale à la demi-heure de jeu puis en toute fin de match, une certaine maladresse des attaquants italiens. Et aussi une réussite maximale : en première période, Valbuena marque sur l'unique occasion des Bleus. Et le second but vient d'une frappe ratée d'Evra qui se transforme en centre pour Gomis.

TF1

La densité physique française a payé

L'impact physique français se confirme. Les gros gabarits du milieu de terrain (Capoue, Matuidi, Sissoko) ont fait mal aux Italiens, plus légers. Raymond Domenech ne s'y est pas trompé.

 Les Bleus ont quand même souffert physiquement dans le dernier quart d'heure, mais n'ont pas rompu, grâce à un Lloris héroïque.

La curieuse stratégie italienne

La stratégie des Italiens a de quoi en laisser perplexe plus d'un : en première période, ils se sont montrés régulièrement dangereux grâce à des ballons en profondeur. C'est d'ailleurs comme ça qu'a été marqué le but. En seconde période, curieusement, ils se sont acharnés à envoyer des centres aériens dans la surface, sachant que ni El Sharaawy, ni Balotelli, ne sont des tours de contrôle.

Le gardien de l'équipe de France, Hugo LLoris, face à l'attaquant italien Mario Balotelli, lors du match amical Italie-France, le 14 novembre 2012. (OLIVIER MORIN / AFP)

Olivier Giroud transparent

On n'a pas beaucoup vu Olivier Giroud. Dans un rôle ingrat de seule pointe, il n'a pas passé son match à décrocher comme Benzema le ferait à sa place, mais n'a été trouvé que très rarement par ses partenaires. Clairement pas une bonne soirée pour l'attaquant d'Arsenal.

Attention à l'excès de confiance !

Il serait prématuré de dire que l'équipe de France a retrouvé un niveau stratosphérique après la bonne seconde période contre l'Espagne. Mais enchaîner les résultats positifs contre la crème du foot mondial est le signe que cette équipe est en progrès. Rappelons quand même que l'équipe de Laurent Blanc avait battu sans discussion le Brésil et l'Angleterre avant de décevoir à l'Euro.

Mine de rien, la France remporte encore une victoire contre l'Italie. Après la naissance de la génération Jacquet en 1994, les victoires mémorables de 1998 et 2000, la résurrection de Sidney Govou un soir de septembre 2006, cet adversaire réussit plutôt bien à la France.

Retrouvez le compte-rendu du match sur francetv sport

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.