Foot : l'ancien joueur Tony Vairelles condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis pour violences avec arme

L'ex-attaquant du RC Lens était jugé pour avoir ouvert le feu et blessé trois vigiles d'une discothèque d'Essey-lès-Nancy en 2011.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien international de foot Tony Vairelles pendant son procès au tribunal de Nancy, le 21 mars 2022. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Tony Vairelles retourne en prison. L'ancien footballeur a été condamné lundi 16 mai à cinq ans de prison, dont deux avec sursis, par le tribunal judiciaire de Nancy pour avoir ouvert le feu et blessé trois vigiles d'une discothèque d'Essey-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle) en 2011 avec ses frères Jimmy, Giovan et Fabrice. Ces derniers ont été condamnés à des peines de 3 à 5 ans de prison.

Tony Vairelles a déjà effectué cinq mois de détention provisoire en 2012. Grâce aux remises de peine, il lui reste moins d'un an à purger et il pourrait bénéficier d'un aménagement. L'ex-footballeur a fait appel de cette condamnation, selon les informations de France Bleu Lorraine, il pourrait donc éviter la détention le temps d'un nouveau procès.

Ses avocats avaient plaidé la nullité de la procédure

Fabrice, Jimmy, Giovan et Tony Vairelles répondaient de "violences en réunion, avec préméditation et avec arme" et encouraient jusqu'à dix ans de prison et 150 000 euros d'amende. Egalement accusés de "violences en réunion avec armes", les trois vigiles impliqués ont été de leur côté condamnés à des peines d'emprisonnement avec sursis.

Attaquant passé par Lens, Lyon et Bordeaux, Tony Vairelles, aujourd'hui âgé de 49 ans, a été sélectionné à huit reprises en équipe de France, de 1998 à 2000. Ses avocats avaient plaidé la nullité de la procédure, arguant de la lenteur de l'enquête qui a vu se succéder quatre juges d'instruction en dix ans, une demande rejetée par le tribunal.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.