Fifa : le FBI avait une taupe depuis 2011

Pour faire tomber les dirigeants corrompus de la Fifa, le FBI s'est appuyé sur les enregistrements effectués par Chuck Blazer, un ancien responsable de la Fifa, arrêté en 2011 lui aussi pour corruption et qui a décidé de collaborer avec les services secrets pour alléger sa peine de prison.

(Chuck Blazer, la taupe du FBI depuis 2011 © MaxPPP)

Son visage rond et barbu fait le tour des écrans de télévision depuis mercredi. Cet ancien dirigeant de la Fifa est l'homme par qui le scandale est arrivé. Chuck Blazer collabore depuis 2011 avec le FBI pour faire tomber les dirigeants corrompus de la Fifa selon le New York Daily News.

Un micro dissimulé dans un porte-clé

Arrêté il y a quatre ans par les services secrets américains pour corruption, il avait décider de collaborer pour tenter d'alléger sa peine. Depuis 2011, il se promenait donc avec un micro, dissimulé dans un porte-clé, et enregistrait des conversations avec d'autres responsables de la Fifa, notamment lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012.

"Monsieur dix pour cent"

Avant de collaborer avec le FBI, l'Américain Chuck Blazer a été la caricature du dirigeant corrompu de la Fifa. Il était surnommé "monsieur dix pour cent " en raison des pots-de-vin qu'il touchait. Il fallait en effet financer son train de vie de plus en plus dispendieux. Il avait par exemple plusieurs propriétés à New-York et Miami, et même un appartement luxueux pour loger ses chats. 

A cette période, Chuck Blazer était aussi un personnage clé du développement du Soccer aux Etats-Unis. Il était déjà controversé mais incontournable en raison de ses relations avec les stars du football mondial.

Le témoin clé dans cette affaire

En 2013, il a publiquement plaidé coupable et a été exclu des instances dirigeantes du football mondial. Selon plusieurs médias aux Etats-Unis, il est à ce jour le témoin le plus précieux dans cette vaste affaire de corruption pour la justice américaine.

Après trois ans d'enquête, la justice américaine a inculpé mercredi 14 personnes pour corruption et blanchiment d'argent. Certains dirigeants ont été interpellés en Suisse alors qu'ils se préparaient à élire leur président vendredi. Le dossier d'accusation fait 200 pages. Les Etats-Unis demandent officiellement à la Suisse l'extradition des sept  responsables interpellés à Zurich. Le processus pourrait prendre de longs mois.

A LIRE AUSSI ►►► La réaction de Sepp Blatter