Fifa : "Je ne peux pas surveiller tout le monde", déclare Sepp Blatter

En plein scandale de corruption, Joseph Blatter a inauguré le 65e congrès de la Fifa à Zurich. "C'est un moment très difficile", a-t-il déclaré, indiquant ne pas pouvoir "surveiller" les agissements de tout le monde" à la Fifa. Ce congrès, a-t-il estimé, est "l'opportunité de commencer un autre chemin". Plus tôt, Michel Platini avait demandé la démission du Suisse, avant le vote de vendredi.

("Je ne peux pas contrôler tout le monde", s'est défendu Sepp Blatter à l'ouverture du 65e congrès de la Fifa © MAXPPP)

Résumé:

"Je ne peux pas surveiller tout le monde", s'est défendu Sepp Blatter à l'ouverture du congrès de la Fifa, avant d'évoquer "d'autres mauvaises nouvelles à venir" dans ce scandale de corruption. "Dépité, écoeuré", Michel Platini a demandé à son "ami" Joseph "Sepp" Blatter de démissionner de son poste de président de la Fifa. Le scrutin aura bien lieu, malgré les 14 inculpations de mercredi pour corruption et blanchiment d'argent. Une très grande majorité d'associations nationales du football européen devrait voter contre le Suisse. La Confédération africaine réitère son soutien à Sepp Blatter avant le vote.0h30 :  Le président de la Fédération américaine de football Sunil Gulati annonce qu'il va voter pour le prince Ali.

22h  : La justice argentine demande aux trois hommes d'affaires argentins impliqués de se présenter devant un juge à Buenos Aires. Si Alejandro Burzaco, Hugo et Mariano Jinkis n'obtempèrent pas, ils seront considérés comme "fugitifs" par la justice argentine.

19h57 : La Confédération d'Amérique du nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf) révoque son président Jeffrey Webb et un autre haut dirigeant, Eduardo Li, tous deux font partie des 14 personnes inculpées mercredi dans le scandale de corruption.

18h50 : Selon un porte-parole, l'ONU va revoir ses partenariats avec la Fifa

17h50 : "Il faut faire tout la lumière sur les accusations de corruption" , demande le président du Comité international olympique Thomas Bach, qui s'exprimait après Joseph Blatter à la tribune, rappelant "le principe de tolérance zéro " qui doit prévaloir en la matière en la matière .

17h37 : L'ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports Marie-Georges Buffet, en direct sur France Info : "Si on change de président pour garde un système qui favorise le clientélisme, on va rester au milieu du guet".

"Il faut que les Etats se mouillent pour contrôler l'attribution des grandes compétitions internationales" Marie-Georges Buffet, ex-ministre des Sports
--'--
--'--

17h22 : "Nous avons la possibilité de commencer un nouveau chemin. Nous avons perdu la confiance, et nous devons la retrouver." "Il est important de ne pas perdre de vue l'esprit du football, même quand certains d'entre nous nous trahissent".

17h20 : "Les prochains mois ne seront pas faciles pour la Fifa. Je suis sûr que d'autres mauvaises nouvelles sont à venir. Nous coopérerons avec les autorités afin de nous assurer que les responsables soient punis. La corruption n'as pas sa place au sein de la Fifa"

17h19 :  "J'ai bien conscience que beaucoup me tiennent pour responsable de cette affaire (...) je ne peux pas contrôler les actions de chacun. Mais c'est ma responsabilité de contrôler la réputation de la Fifa. Je ne vais pas les actions de quelques personnes détruire la réputation de la grande majorité de ceux qui oeuvrent pour le football".

"Je ne peux pas surveiller tout le monde, tout le temps" Sepp Blatter lors du 65e congrès de la Fifa
--'--
--'--

17h17 :  Joseph Blatter prononce son discours d'inauguration du 65e congrès de la Fifa : "nous vivons un moment très difficile pour la Fifa. Les événements d'hier (mercredi) ont assombri l'image de la Fifa. Les actions de certaines personnes jettent la honte et l'humiliation sur l'action de l'instance. Nous devons arrêter cela ici et maintenant" **.

16h45 : ** Quelques chiffres à garder en mémoire pour le vote de vendredi : l'Afrique, qui soutient Sepp Blatter, possède 54 voix, l'UEFA qui soutient le prince jordanien Ali 53, l'Asie 46, la Concacaf (Amrique du nord) 35, l'Océanie 11 et l'Amérique du 10.

16h31 : La fédération australienne de football (FFA) indique qu'elle votera pour le prince jordanien Ali bin Al Hussein, le seul et unique rival de Joseph Blatter lors du vote de vendredi.

16h10 : Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier déclare que "les pouvoirs publics doivent se charger" d'épurer le football, s'il n'en a pas les capacités.

15h55 : Pour en savoir plus sur Joseph "Sepp" Blatter, 79 ans et candidat à un 5e mandat à la tête de la Fifa, c'est par ici:

15h50 : les sept personnalités de la Fifa arrêtées mercredi sont toutes faire appel de la procédure d'extradition envisagée par les Etats-Unis selon l'Office fédéral de justice suisse.

15h26 : David Gill, futur président de la Fifa après le congrès, menace de boycotter le comité exécutif de l'instance si Joseph Blatter était réélu vendredi.

(L'Anglais David Gill, futur vice-président de la Fifa, ne compte pas siéger si Joseph Blatter est réélu vendredi © MAXPPP)

15h15 : Michel Platini, à propos du vote de vendredi : "je pense qu'il (Blatter) peut être battu ".

 14h59 : "il (Blatter) m'a dit 'Michel, on se connaît bien, on s'aime bien, mais tu sais c'est trop tard, je ne peux pas aujorud'hui partir alors que le congrès commence cet après-midi'. Je lui ai dit 'c'est dommage, je pense que ça aurait formidable pour toi que tu comprennes la situation, et que tu nous quittes ".

14h58 : Michel Platini explique avoir demandé jeudi midi à Sepp Blatter, en marge d'une réunion et devant témoins, de quitter ses fonctions : "aujourd'hui je viens te demander de quitter la Fifa, de démissionner de la Fifa, parce que l'image est mauvaive, on ne peut plus continuer comme ça" .

14h57 : "Je peux vous dire que demain, à l'élection du président, une très très grande majorité des associations nationales européennes va voter pour le prince Ali. Les gens en ont marre, les gens n'en veulent plus (de Blatter), et moi non plus" .

"Je suis dépité, je suis écoeuré, j'en ai marre" Michel Platini, président de l'UEFA
--'--
--'--

14h56 : "Nous avons suivi comme vous ce qui s'est passé ces derniers jours, et sincèrement, moi qui aime la Fifa, moi qui ai une grande admiration de l'histoire de la Fifa, je suis dépité, je suis écoeuré, trop c'est trop (...) Pour notre image, c'est pas bon du tout".

14h54 : Le patron de l'UEFA Michel Platini entame sa conférence de presse en ironisant sur la finale de la Ligue Europa, organisée la veille à Varsovie. "Le stade était magnifique, c'était un grand moment de football", a-t-il déclaré, avant d'évoquer le scandale  au sein de la Fifa : "d'un côté, il  y a le foot, ça s'appelle l'UEFA, de l'autre, j'ai mal au ventre quand ça arrive, il y a des problèmes à la Fifa".

(Après les dernières révélations sur des corruptions présumées à la Fifa, Michel Platini s'est dit "dégoûté" © MaxPPP)

14h39 : A Zurich, où doit s'ouvrir le 65e congrès de la Fifa, des activistes de l'ONG Avaaz emprisonnent symboliquement un Sepp Blatter en carton-pâte dans une cage, et demandent son départ "en raison des scandales de corruption et de la violation des droits des travailleurs au Qatar".

("Game Over pour Blatter", selon des activistes de l'ONG Avaaz ce jeudi à Zurich © MAXPPP)

14h35 : le président de la fédération néerlandaise Michael Van Praag, ancien candidat à la présidence de la Fifa, délcare que "l'UEFA ne boycottera pas " le congrès électif à Zurich.

14h30 : dans un communiqué sur son site internet, la Confédération africaine de football (CAF) mise en cause dans l'attribution de la Coupe du monde 2010 en Afrique du sud, s'oppose au report du scrutin présidentiel à la Fifa, et réitère son soutien à Sepp Blatter.