Cet article date de plus de dix ans.

La règle du hors-jeu sur une pièce ? Les Anglais tentent le coup

La Monnaie britannique s'y est risquée via un schéma sur une pièce de 50 pence. Une explication qui fait bondir les arbitres outre-Manche...

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un arbitre assistant brandit un drapeau de hors-jeu le 26 février 2011 à Birmingham (Royaume-Uni). (LAURENCE GRIFFITHS / GETTY IMAGES)

"On peut tromper mille personnes une fois. Mais on ne peut pas tromper mille personnes, mille fois", disait le méchant dans le film La Cité de la peur. Expliquer la règle du hors-jeu, c'est un peu pareil. Expliquée mille fois, cette règle est comprise de mille façons différentes.

Dans un souci pédagogique, le gouvernement britannique a émis une pièce représentant la règle du hors-jeu. Pour la résumer en une phrase, un joueur d'une équipe A (les triangles sur la pièce) n'a pas le droit de recevoir le ballon alors qu'il y a moins de deux joueurs de l'équipe B (les carrés) entre lui et le but (généralement, le gardien et un défenseur). A ce moment-là, l'arbitre assistant lève son drapeau, et l'arbitre siffle : coup franc pour l'équipe B. 

La pièce de 50 pence expliquant la règle du hors-jeu, frappée à l'occasion des JO de Londres, le 4 janvier 2012. (AFP PHOTO / ROYAL MINT)

Grave erreur ! Si c'était aussi simple que ça... En fait, le schéma sur la pièce explique la règle du hors-jeu... valide jusqu'en 1995, d'après l'Association des arbitres britanniques, citée par le quotidien britannique The Guardian. La nuance ajoutée depuis à la règle est que le joueur de gauche sur la pièce ne va pas être sifflé hors-jeu automatiquement, si on ne lui donne pas la balle. Pire, si le milieu de terrain passe au joueur de droite, qui remet la balle dans l'axe au joueur de gauche qui marque, le but est valide alors que le buteur était hors-jeu au départ de l'action. Ardu, hein ?

Malheureusement, c'est trop tard, et 500 000 pièces sont déjà en circulation. Du coup, la Monnaie britannique explique au Guardian que cette pièce avait pour but de "provoquer la discussion". La discussion sur hors-jeu/pas hors-jeu est à peu près aussi vieille que le football. 

Devant votre télé, ça a l'air simple quand le réalisateur fige l'image et ajoute une grosse ligne pour figurer la position illicite de tel ou tel joueur. En réalité, c'est très compliqué : l'arrêt sur image pour déterminer si un joueur était hors-jeu ou pas est hautement subjectif (comme l'explique sur Le Post.fr le spécialiste de la question Jacques Blociszewski). Sans parler du fait que dans le doute, on doit laisser jouer, que c'est le haut du corps et pas nécessairement les pieds qui déterminent le hors-jeu et que quoi qu'il fasse, l'arbitre se fera enguirlander par la moitié des observateurs. 

Le débat qui dure depuis 1866 sur le hors-jeu n'est donc pas résolu. 

Que disent les lois du jeu ? 

La définition du hors-jeu sur le site de la Fifa fait 37 pages. Voilà le nœud du problème : "La position de hors-jeu d'un joueur ne doit être sanctionnée que si, au moment où le ballon est touché par un coéquipier ou est joué par l'un d'eux, le joueur prend de l'avis de l'arbitre une part active au jeu en intervenant dans le jeu ou en influençant un adversaire ou en tirant avantage de cette position." A vos souhaits !

Une règle expliquée depuis 140 ans, mais pas forcément comprise

Voilà qui ne fait pas avancer le débat. Vous pouvez revoir le hors-jeu expliqué par le Monty Python John Cleese :

 

Raymond Domenech s'y était cassé les dents en 2010 : 

C'est quand même la seule question où une vidéo d'un PowerPoint de 7 minutes peut faire 300 000 vues sur YouTube :

 

Ainsi, une action, UNE SEULE ACTION, sifflée hors-jeu...

... laisse place à cette interprétation très détaillée des Cahiers du foot, concluant qu'il est très difficile de conclure. 

Ça fait beaucoup d'informations à faire tenir sur une pièce de 50 pence...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.