Euro 2016 : un joueur nord-irlandais renonce à l'Euro pour rester au chevet de sa femme

La femme de Patrick McCourt s'est vue diagnostiquer une tumeur au cerveau, alors que le milieu de terrain nord-irlandais devait être sélectionné pour l'Euro. Il a renoncé à venir en France pour l'épauler.

Le milieu de terrain nord-irlandais Patrick McCourt, ici sous les couleurs du club anglais de Luton Town, a renoncé à l\'Euro pour rester auprès de sa femme tombée gravement malade.
Le milieu de terrain nord-irlandais Patrick McCourt, ici sous les couleurs du club anglais de Luton Town, a renoncé à l'Euro pour rester auprès de sa femme tombée gravement malade. (JMP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA)

Durant la glorieuse campagne de qualification de l'Irlande du Nord pour l'Euro 2016, Patrick "Paddy" McCourt, ancien grand nom du Cetic Glasgow, faisait partie des piliers de la sélection de "Norn Iron" ("Northern Ireland" avec l'accent local). Mais début mai, un mois avant le début de la compétition, le milieu de terrain de 32 ans a annoncé qu'il renonçait à se rendre en France pour "des raisons personnelles". Mardi 20 juin, alors que l'Irlande du Nord réalise un brillant parcours dans la compétition, il a révélé au Times (en anglais) la raison de cet abandon : la maladie de sa femme, atteinte d'une tumeur au cerveau.

S'il a longtemps attendu pour s'exprimer, c'est qu'il voulait attendre une bonne nouvelle pour l'annoncer. Et elle est arrivée : la veille du premier match de l'Euro, le 9 juin, sa femme Laura a été opérée avec succès. Désormais elle se repose, et peut compter sur son footballeur de mari qui l'a épaulée depuis le début.

"Sois présent pour Laura et assure-toi qu'elle aille mieux"

"Quand quelque chose comme ça se passe, la seule chose à laquelle vous pensez, c'est votre famille" explique McCourt au Times. Ma seule priorité, c'était Laura et les enfants. J'ai toujours été comme ça, mais c'est étrange comme, quand quelque chose comme ça vous tombe dessus, tout le reste vous semble secondaire."

Il est revenu sur le cauchemar qu'ils ont traversé. Laura revient d'un voyage à Marbella et s'évanouit dans le bus la conduisant de son avion au terminal de l'aéroport de Gatwick, où son mari l'attend. Elle passe rapidement des examens, et 48 heures plus tard, une tumeur est localisée dans son cerveau. Elle est bénigne mais continue de croître, ce qui peut causer de nouveaux malaises. L'opération est vivement conseillée.

"J'ai appelé Michael [O'Neill, le sélectionneur nord-irlandais], je lui ai expliqué ce qu'il se passait et que je ne pourrai pas participer à l'Euro, raconte Patric McCourt. Il m'a répondu 'Ne pense même pas à l'Euro. Sois juste présent pour Laura, et assure-toi qu'elle aille mieux'." Le milieu de terrain a également demandé à son club actuel de Luton Town, en quatrième division anglaise, de le libérer de son contrat pour qu'il puisse rester à temps plein à Londonderry, auprès de son épouse.

"Ce n'était pas mon destin"

"C'était horriblement stressant, explique-t-il après coup. Mais heureusement on a ensuite reçu la meilleure des nouvelles, que tout s'était bien passé. Laura se repose désormais, et on nous dit que dans quatre à six mois, elle devrait retrouver une vie complètement normale." Les plans de la famille, qui vivait en Angleterre, ont en revanche changé. Patrick cherche un club d'Irlande du Nord pour terminer sa carrière. "Laura aurait été heureuse qu'on reste en Angleterre, mais après ce qui s'est passé, je voulais qu'on soit plus près de nos familles, ici en Irlande."

Sans surprise, ses coéquipiers qui brillent en France ont maintenu le contact avec lui, par des messages envoyés par WhatsApp. Patrick dit apprécier de se retrouver dans la peau du téléspectateur : "J'ai adoré regarder les copains jouer. J'étais tellement content pour eux, et pour Michael. Il mérite tellement de reconnaissance pour les énormes changements qu'il a provoqué depuis deux-trois ans. Bien sûr, j'aurais adoré être avec eux, là-bas, mais ce n'était pas mon destin. Le football, c'est important, mais la famille, c'est ce qui compte le plus."