Cet article date de plus de quatre ans.

Euro 2016 : mauvais joueur, Ronaldo critique les Islandais (qui lui répondent)

Tenu en échec par l'Islande (1-1), le Portugais n'a pas mâché ses mots en conférence de presse.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Portugais Cristiano Ronaldo et l'Islandais Aron Gunnarsson, le 14 juin 2016 à Saint-Etienne (Loire). (EPA / MAXPPP)

Cristiano Ronaldo est mauvais joueur. Incapable de battre l'Islande avec son équipe du Portugal (1-1), mardi 14 juin pour son premier match de l'Euro, la star du Real Madrid s'en est pris à l'adversaire en conférence de presse. "C'est difficile quand une seule équipe essaie de jouer au foot et de gagner le match, a-t-il déclaré. L'Islande a mis son but après avoir été derrière pendant 90 minutes. Ils ont mis le bus devant les cages !"

"Quand j'ai vu leur réaction à la fin du match, j'ai cru qu'ils avaient gagné l'Euro, c'était incroyable, raille le triple Ballon d'or. Quand ils n'essayent pas de jouer et qu'ils ne font que défendre, défendre, défendre, cela montre qu'ils ont une petite mentalité et qu'ils ne feront rien dans la compétition".

"Messi sera toujours un cran au-dessus de lui"

La réponse n'a pas tardé. "Evidemment, nous ne pouvons pas nous créer autant d'occasions qu'une équipe aussi fantastique que le Portugal, a répliqué Kari Arnason, l'un des défenseurs islandais. Mais ses commentaires expliquent pourquoi Messi sera toujours un cran au-dessus de lui". "C'est un joueur fantastique mais ce n'est pas une bonne personne", résume Kari Arnason. 

Le Portugais oublie un peu vite que les coéquipiers de Gylfi Sigurdsson, bien que dominés, se sont procurés la première occasion de la partie et qu'ils auraient même pu l'emporter en fin de rencontre sur une frappe de Finnbogason. Et que l'Islande a réussi à se qualifier pour l'Euro avec 330 000 habitants, soit à peine plus que la population de son île natale de Madère (270 000).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.