Cet article date de plus de dix ans.

La Russie sanctionnée pour la violence de ses supporters à l'Euro

L'UEFA a ouvert, mercredi, deux nouvelles procédures disciplinaires visant les fédérations russe et polonaise, après les mauvais comportements de leurs supporters, la veille, lors du match Pologne-Russie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les supporteurs russes ont été accusés d'avoir déployé des drapeaux de l'Empire russe à connotation nationaliste, le 8 juin 2012, à Wroclaw (Pologne). (NATALIA KOLESNIKOVA / AFP)

Les hooligans ne gâcheront pas la fête. Voilà en substance l'avertissement de la fédération européenne de football. L'UEFA a ouvert mercredi 13 juin deux nouvelles procédures disciplinaires visant les fédérations russe et polonaise. La Russie fait déjà l'objet de sanctions. FTVi revient sur les faits.

• Premières violences

Il y avait beaucoup de craintes autour des hooligans polonais, mais ce sont leurs homologues russes qui se sont illustrés les premiers vendredi 8 juin à Wroclaw (Pologne), en marge de Russie-République tchèque (4-1).

Sur un film amateur, on voit un groupe de jeunes fans russes excités en train d'attaquer à coups de poing et de pieds les bénévoles vêtus de gilets verts du service d'ordre dans le stade. Certains sont frappés alors qu'ils sont à terre. Des supporteurs russes auraient aussi poussé des cris de singe visant le joueur tchèque Theodor Gebreselassie, de père éthiopien.

• Premières sanctions

En réaction à ces incidents, l'UEFA a rapidement ouvert une procédure disciplinaire et a décidé de frapper un grand coup, mercredi, pour illustrer sa politique de "zéro tolérance" en matière de hooliganisme.

L'instance disciplinaire de l'UEFA a ainsi condamné la Russie à six points de moins pour la prochaine campagne de qualification, celle de l'Euro 2016, avec un sursis qui commence dès maintenant et s'achèvera après les barrages des qualifications de l'Euro 2016, soit à l'automne 2015.

La fédération russe devra en outre payer dès maintenant une amende de 120 000 euros, à moins qu'elle ne fasse appel dans les trois jours après notification de cette sanction. 

• Nouveaux affrontements

Le match Pologne-Russie (1-1), mardi 12 juin, a été de nouveau l'occasion pour les hooligans de se distinguer. Avant le coup d'envoi, des affrontements entre Russes et Polonais ont fait une vingtaine de blessés légers dans les rues de Varsovie et se sont soldés par l'interpellation de 184 hooligans, dont 157 Polonais, selon la police.

Pendant la rencontre, supporteurs polonais et russes ont allumé et lancé des fumigènes. Un fan russe s'est même introduit sur la pelouse. D'autres ont déployé une banderole géante représentant un chevalier en armure, bouclier et épée brandie, avec la mention en anglais "This is Russia" ("Ça c'est la Russie") : un geste jugé illicite par l'UEFA car à caractère extrémiste ou nationaliste.

• Première réaction politique

Alors que l'UEFA a annoncé mercredi deux nouvelles procédures disciplinaires visant les fédérations russe et polonaise, la Russie a déclaré qu'elle comptait faire appel des sanctions prononcées à son encontre.

Le président russe, Vladimir Poutine, a appelé le Premier ministre polonais, Donald Tusk, pour souligner que son pays était responsable du maintien de l'ordre et de la sécurité des supporteurs étrangers. A ses yeux, la Pologne est donc seule fautive.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.