Euro 2016 : violences entre supporters à Marseille, un homme entre la vie et la mort

De violents heurts ont éclaté samedi à Marseille entre supporters de foot en marge de l'Euro 2016. Un supporter anglais est entre la vie et la mort.

(Des supporters anglais sur le vieux port de Marseille, avant la rencontre contre la Russie samedi soir© Maxppp)

De violents heurts ont éclaté samedi après-midi sur le Vieux-Port de Marseille entre supporters de foot, en marge de l'Euro 2016.

35 personnes ont été blessées, dont un supporter anglais entre la vie et la mort et trois autres blessés graves, selon la préfecture de région. 

Trois supporters britanniques gravement blessés 

Selon l'adjointe à la sécurité de la ville de Marseille jointe par France Bleu Provence, trois supporters britanniques ont été gravement blessés, placés en réanimation à l'hôpital de la Timone. L'un d'eux, 51 ans, est en urgence absolue après un arrêt cardiaque consécutif à un coup, son pronostic vital est engagé. 

Les incidents ont commencé vers 16h et ont duré "une heure et demie" dans le centre-ville, opposant environ 300 Russes à 300 Anglais, "et parfois des locaux" , a ajouté le préfet.

Face à "des individus particulièrement violents et alcoolisés ", la police a fait "usage de nombreuses grenades lacrymogènes ".

Six personnes ont été interpellées. 1200 policiers étaient mobilisés pour sécuriser la ville. 

Laurent Nunez, prefet de police de Marseille au micro de Bernard Thomasson
--'--
--'--
Les violences ont ensuite repris dans la soirée sur le rond-point du Prado, près du stade Vélodrome. La police a utilisé des gaz lacrymogènes et un canon à eau pour disperser les supporters. 

Bernard Cazeneuve dénonce le comportement "irresponsable de pseudo-supporters"

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a dénoncé "le comportement irresponsable et délibéré de pseudo-supporters", après les heurts qui ont éclaté  à Marseille, en marge de l'Euro 2016.

"Une fois de plus, et comme depuis près de trente ans, une compétition internationale de football est le théâtre d’affrontements entre individus violents se prétendant supporters de leur équipe nationale", écrit Bernard Cazeneuve dans un communiqué.

3.000 mesures d'interdictions d'entrée sur le territoire ont ainsi été prises, "sur la base des fichiers recensant les interdits de stade des différents pays participant à la compétition". Par ailleurs, le gouvernement britannique a retenu les passeports de 3.000 individus "considérés comme hooligans". 

De son côté, l'UEFA a fermement condamné les violences "de gens qui n'ont rien à faire dans le football". 

Reportage d'Olivier Martocq à Marseille
--'--
--'--
Le témoignage d'un patron de bar installé sur le Vieux-Port
--'--
--'--

 "Ce match est l'un des 5 matchs à risque de la compétition", selon le ministre des Sports Patrick Kanner. Les autres sont Turquie-Croatie au Parc des Princes à Paris, Allemagne - Pologne, Angleterre - Pays de Galles et Ukraine - Pologne.