Ligue des nations : Eugénie Le Sommer, l’insubmersible attaquante des Bleues

L'équipe de France affronte vendredi au Groupama Stadium de Lyon, l'Allemagne, en demi-finales de la Ligue des nations. Les Bleues pourront compter sur Eugénie le Sommer, revenue au premier plan après une traversée du désert.
Article rédigé par Julien Froment
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Eugénie Le Sommer avec les Bleues lors du match de Ligue des nations contre l'Autriche, le 1er décembre 2023 à Rennes. (DAMIEN MEYER / AFP)

On peut être la meilleure réalisatrice de l'histoire des Bleues avec 93 buts, compter 188 sélections, et disparaître du jour au lendemain, sans raison. C'est ce qui est arrivé à Eugénie Le Sommer. "En deux ans, je n'ai aucun coup de téléphone, aucune information, c'est comme si mon nom avait été barré", déplore l’attaquante de l’Olympique lyonnais pour franceinfo. Indéboulonnable en sélection depuis ses grands débuts en 2009, "ELS" ne s’attendait pas à connaître un trou dans sa carrière internationale. Elle est revenue sur cette période difficile et son retour en grâce, avant la demi-finale de Ligue des nations contre l'Allemagne, vendredi 23 février.

Sous le mandat de Corinne Diacre, la précédente sélectionneuse, la joueuse de 34 ans a été mise au ban de l'équipe de France, entre 2021 et 2023. "J’étais à l’époque aux États-Unis [à l’OL Reign] et après chaque liste, je me disais qui si je n’étais pas dans celle-là, je serais dans la prochaine car mes performances étaient à la hauteur de ce qu’il fallait pour être en équipe de France", se souvient-elle. "J’enchaînais les déceptions, je ne comprenais pas pourquoi parce qu’on me disait que les raisons étaient sportives et moi, je donnais tout. Je me suis posé des questions, forcément."

"Les gens oublient vite"

Eugénie le Sommer, malgré un palmarès incroyable bâti à l’Olympique lyonnais avec huit Ligue des champions remportées et des titres nationaux à la pelle, a cru disparaître du paysage footballistique féminin français.

"L’équipe de France apporte beaucoup de lumière. Quand tu n’y es plus, on t’oublie vite. Je l’ai expérimenté."

Eugénie Le Sommer, attaquante de l'équipe de France

à franceinfo

"Les gens pensaient que je n’avais plus le niveau, que je n’avais plus ma place en sélection, assure-t-elle. Il fallait tourner la page. Les gens ne voyaient pas forcément mes matches le week-end quand ce n’est qu’en club. En plus j’étais à l’époque aux États-Unis, les gens m’ont vite oubliée." Mais l’attaquante de poche s’est accrochée. Elle a toujours cru en sa bonne étoile. "Dans ma tête je ne me suis jamais dit que c’était fini."

L’appel de Renard, un retour en Bleues "magique"

Et l’an dernier, son téléphone sonne à nouveau : au bout du fil Hervé Renard, fraîchement nommé sélectionneur des Bleues. "C'est lui qui m’a appelé en fait. C’est d’ailleurs le seul à l’avoir fait", rappelle avec émotion l’attaquante tricolore. Le 31 mars 2023, Eugénie Le Sommer retrouve sa place dans la liste des 23 et dispute dans la foulée la Coupe du monde, l'été dernier, où elle atteindra les quarts de finale avec les Bleues. "C’était comme une première fois, j’étais un peu bouleversée, j’attendais tellement cela que, oui, c’était bizarre (sourires). Pour moi, c’était limite magique."

Magique, peut-être, mais tout sauf une surprise pour David Ducci, adjoint du sélectionneur national Hervé Renard : "Il a eu la bonne idée de la rappeler (rires). Depuis son retour, on ne peut que se féliciter de son état d’esprit, de ce qu’elle apporte à l’équipe par son talent, son expérience. C’est une joueuse de très grande qualité, qui mérite d’atteindre des sommets avec l’équipe de France."

Propulsée capitaine vendredi en l’absence de Wendie Renard, blessée, Eugénie Le Sommer reste un exemple pour ses coéquipières. "Elle est incroyable, je crois que c’est le mot qui la définit le mieux", s’enthousiasme la défenseure Elisa De Almeida pour franceinfo. "Son niveau ne m’étonne pas, car quand j’étais petite et que je la regardais jouer, elle jouait déjà de la même façon (sourires)."

Avec sept buts inscrits en treize matches depuis son retour en Bleues, Eugénie Le Sommer, qui a franchi le cap des 300 réalisations avec l’Olympique lyonnais, n'aspire désormais qu'à une chose : enfin remporter un titre avec les Bleues. À commencer par la Ligue des Nations, avant de viser l’or olympique cet été à Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.