Cet article date de plus de neuf ans.

Equipe de France : la toute toute première fois de Didier Deschamps

L'ancien milieu de terrai va connaître son premier match en tant que sélectionneur des Bleus, comme Jacquet, Lemerre, Santini, Domenech et Blanc avant lui.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Didier Deschamps annonce la liste des joueurs retenus pour le match France-Uruguay, au siège de la Fédération française de football, à Paris, le 9 août 2012. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

FOOT - Mercredi 15 août, Didier Deschamps connaîtra son premier match à la tête de l'équipe de France, qui affronte l'Uruguay en match amical. FTVi a tenté de décrypter les particularités de cette rencontre pas comme les autres pour un sélectionneur, en s'appuyant sur l'exemple de ses cinq prédécesseurs.

Trois nuls, une victoire, une défaite

Les premiers matchs des cinq derniers entraîneurs des Bleus présentent un bilan mitigé, avec trois matchs nuls, une victoire et une défaite. En 1994, Aimé Jacquet remporte son premier match avec la France face à l'Italie (1-0). Son successeur Roger Lemerre doit se contenter d'un match nul face à l'Autriche (2-2), tout comme Jacques Santini (1-1 face à la Tunisie) et Raymond Domenech (même score contre la Bosnie-Herzégovine) après lui. Enfin, Laurent Blanc est le seul a avoir débuté sa carrière de sélectionneur par une défaite (2-1 face à la Norvège). 

Laurent Blanc pour son premier match à la tête des Bleus face à la Norvège (1-2) dans le stade Ullevaal d'Oslo, le 11 août 2010. (BERTRAND GUAY / AFP)

Mais ces résultats importent finalement peu : les premiers rendez-vous d'un sélectionneur à la tête des Bleus sont surtout l'occasion de prendre ses marques et de découvrir son groupe. Le travail de Didier Deschamps ne sera pas jugé sur ce match face à l'Uruguay : cela doit avant tout lui servir à préparer les premières rencontres des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, qui débutent cet automne.

Reconstruire les Bleus après des échecs

A part le match Italie-France de 1994, les premières des sélectionneurs tricolores ont toujours eu lieu après une grande compétition internationale, bien souvent ratée. Si Roger Lemerre a pris les rênes des Bleus après le Mondial victorieux de 1998, Santini, Domenech et Blanc sont tous arrivés à la tête d'une équipe de France à reconstruire.

Succédant à Raymond Domenech après le fiasco de la Coupe du monde en 2010, Blanc a passé deux ans à la tête de la sélection tricolore. Si tout n'a pas été parfait, il a réussi à faire oublier l'Afrique du Sud en enchaînant les bons résultats : avec lui, les Bleus ont connu une série de 23 matchs sans défaite, s'offrant même de belles victoires face à l'Allemagne, l'Angleterre ou le Brésil. Même si son Euro peut-être considéré comme décevant, les Bleus de Laurent Blanc ont atteint les quarts de finale de la compétition, avant d'être éliminés par l'Espagne, future championne d'Europe.

Didier Deschamps va donc pouvoir s'appuyer sur le travail de son prédécesseur et conserver l'ossature de son groupe pour préparer le challenge qu'il s'est fixé : qualifier les Bleus pour la Coupe du monde 2014. Cependant, pour ne pas refaire les mêmes erreurs que Laurent Blanc, il devra éviter tout écart de conduite de la part de ses joueurs et faire régner la discipline. "Les joueurs n'ont plus le droit à l'erreur et ne peuvent pas se permettre le moindre écart", a-t-il déjà prévenu lors de son intronisation, le 9 juillet dernier.

Tenir compte des championnats européens

Jouer l'été présente une autre contrainte que celle de l'affluence dans les stades. Traditionnellement, les championnats français et italiens commencent début août, quelques semaines avant les championnats anglais, espagnol ou allemand. Les joueurs de Ligue 1 ou de Serie A sont donc en meilleure forme que leurs collègues de Premier League, Liga ou Bundesliga.

Comme Blanc et Domenech avant lui, Deschamps a choisi pour son premier match des joueurs qui évoluent majoritairement en Ligue 1 : Debuchy, Jallet, Martin, Valbuena ou encore Mavuba ont achevé leur préparation et devraient jouer plus longtemps que Benzema ou Ribéry, qui viennent à peine de reprendre le chemin des terrains d'entraînement et seront donc moins frais.

Intégrer des petits nouveaux

Arriver à la tête d'une sélection peut souvent être l'occasion pour un entraîneur de changer un peu le visage de l'équipe. De nombreux joueurs en ont ainsi profité pour connaître leur première sélection en Bleu.

Ici aussi, Aimé Jacquet constitue une forme d'exception à la règle : malgré le fiasco des éliminatoires pour la Coupe du monde 1993, il s'inscrit dans la continuité de son prédécesseur Gérard Houllier, et un seul joueur, Jean-Pierre Cyprien, découvre le maillot tricolore lors de ce match entre l'Italie et la France.

Roger Lemerre aussi a joué la carte de la continuité en ne lançant que deux nouveaux joueurs dans l'aventure tricolore (Déhu et Laslandes) tout comme Jacques Santini, qui offre leurs premières sélections à Sidney Govou et Bruno Cheyrou pour son match inaugural face à la Tunisie. Raymond Domenech est finalement celui qui s'est montré le plus novateur : décidé à mettre sa patte sur cette équipe, il aligne dès le coup d'envoi du match France-Bosnie quatre joueurs n'ayant jamais porté le maillot tricolore : Evra, Mavuba, Squillacci et Abidal. Givet a complété ce quator de petits nouveaux en entrant en jeu à la mi-temps.

 

Raymond Domenech (à gauche) lors de son premier match en tant que sélectionneur de l'équipe de France contre la Bosnie au stade de la route de Lorient à Rennes, le 18 août 2004. (FRANK PERRY / AFP)

Même tendance pour Blanc, qui avait en plus une contrainte : devoir se passer des joueurs suspendus pour leur mauvais comportement lors du Mondial sud-africain, en 2010. L'équipe alignée à Oslo face à la Norvège était donc un savant mélange de joueurs mis de côté par Domenech (Nasri, Ben Arfa) et de nouveaux, avec N'Zogbia, Ruffier et Cissokho.

Didier Deschamps a lui aussi décidé d'apporter du sang neuf dans cette équipe de France. Varane, Jallet et Capoue font partie de la liste des joueurs retenus pour affronter l'Uruguay, et auront peut-être l'occasion de fêter leur première sélection mercredi.

A noter que parmi tous les joueurs cités précédemment, cette première sélection a été la seule de toute leur carrière sous le maillot bleu pour Jean-Pierre Cyprien, Stéphane Rufier et Aly Cissokho…

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.