850 footballeurs demandent une indemnisation pour la collecte abusive de leurs données personnelles

L'industrie de la collecte de données a été pointée du doigt par des centaines de footballeurs, ce qui pourrait changer la façon dont les informations sont traitées.

Article rédigé par
Bertrand Bielle - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Russell Slade sur le banc de Cardiff City, le 8 aout 2015 au Cardiff City Stadium. (JAVIER GARCIA / BACKPAGE IMAGES LTD)

En Angleterre, 850 joueurs de football ont réclamé une compensation financière pour l'échange, sans leur consentement, de leurs données de performance au cours des six dernières années.

Une démarche lancée par "Global sports data and technology", un groupe mondial de données dirigé par l'ancien coach de Crystal Palace Russell Slade. Ces accusations concernent officiellement dix-sept entreprises, même si BBC News explique que le groupe juridique en aurait ciblé plus d'une centaine. Parmi elles, certaines font partie du monde des paris sportifs. Une affaire qui intervient alors que l'utilisation des données personnelles via des réseaux informatiques est devenue un outil essentiel pour la plupart des clubs et diverses sociétés pour gérer les performances des joueurs.

Des milliers de données en jeu

L'équipe juridique de Russell Slade a déclaré que le fait que les joueurs ne reçoivent aucune prime pour l'utilisation sans licence de leurs données est interdit par le règlement général sur la protection des données (RGPD), renforcé en 2018. L'UEFA, en revanche, "n'a pas de disposition en particulier sur la protection des données personnelles des joueurs" précise Alexis N'Diaye, avocate spécialisée dans les droits du sport, à franceinfo: sport.

Toujours selon la BBC, près de 7000 données personnelles ont notamment été décelées sur un joueur qui feraient référence à des informations identifiables telles que des attributs physiques, des données de localisation ou des informations physiologiques. "Je ne vois pas en quoi le nombre de minutes parcourues d'un joueur est une donnée qui pose problème. Tout le monde est apte à la calculer", raconte Alexis N'Diaye. En revanche, s'il s'agit de données de santé et non de performance, "c'est bien plus embêtant".

Un véritable business à surveiller

Le consentement est également un critère à prendre en compte. "Il y a des entreprises qui prennent ces données et les traitent sans le consentement individuel du joueur" a déploré Russel Slade. 

Pour Alexis N'Diaye, les données des joueurs sont exploitées de telle manière que "des revenus sont générés" via cette récupération des données et que "le risque d'amende est inclus dans le buisness plan de l'entreprise". Si la justice anglaise donne raison au groupe de Russell Slade, les entreprises ciblées devront alors verser une indemnisation auprès des joueurs concernés. "Il s'agirait d'une condamnation pour chacune des entreprises, avec un montant calculé en fonction du chiffre d’affaire" explique Alexis N'Diaye. 

Vers une prise de conscience ?

Cette affaire est l'occasion pour les joueurs de mieux contrôler, à l'avenir, la manière dont leurs informations personnelles sont utilisées, a expliqué l'ancien international Gallois Dave Edwards, l'un des joueurs à l'origine de cette démarche juridique. 

L'avocat derrière l'action de Global Sports Data and Technology, Chris Farnell, pense que cette affaire pourrait être le début d'une refonte à l'échelle du sport et de la façon dont les données sont distribuées et échangées. "Il va falloir revoir, à terme, la facon de collecter les données et de les exploiter "confirme Alexis N'Diaye. Selon BBC News, plusieurs discussions seraient déjà en cours au sein d'autres sports professionnels pour intenter une action en justice potentielle concernant le commerce de données.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.