Mondial de foot féminin : il faut "s'appuyer sur la ferveur populaire pour en faire une force", conseille Marinette Pichon aux Bleues sélectionnées

La meilleure buteuse de l'équipe de France féminine de football est revenue sur l'annonce de la liste des joueuses sélectionnées pour disputer la Coupe du monde, qui aura lieu en France du 7 juin au 7 juillet.

Marinette Pichon, lors d\'un colloque à l\'INSEP le 17 mai 2018.
Marinette Pichon, lors d'un colloque à l'INSEP le 17 mai 2018. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Avec ses 112 sélections en équipe de France féminine de football et son titre de meilleure buteuse, Marinette Pichon, aujourd'hui consultante chez France Télévisions, juge jeudi 2 mai sur franceinfo "logique" la sélection de Corinne Diacre pour le Mondial-2019 qui se disputera cet été en France. Son conseil aux joueuses : "Vivre pleinement cette Coupe du monde et s'appuyer sur la ferveur populaire pour en faire une force".

franceinfo : Un conseil pour les joueuses ? La pression doit être énorme ?

Marinette Pichon : Mais non ! Je crois qu'il faut vivre pleinement cette Coupe du monde. Ne pas avoir de regrets et justement, s'appuyer sur cette ferveur populaire pour en faire une force. On est chez nous, on est sur notre territoire. C'est un avantage d'être soutenu par une population. Il faudra bien entrer dans la compétition avec le match d'ouverture face à la Corée du Sud le 7 juin.

Le débat risque de durer trois semaines : est-ce qu'elles peuvent être championnes du monde ?

Évidemment, quand on attaque une compétition majeure comme ça, on a forcément des ambitions. L'équipe de France a un groupe solide, une liste annoncée par Corinne Diacre qui est logique. Ce qui va être difficile à gérer, ce sont les après-matchs et de ne pas rentrer dans cette euphorie qui pourrait se produire.

Il y a un engouement fort pour le foot féminin mais ce n'est pas gagné ?

On sait que qu'une telle compétition est longue et qu'on sera attendu forcément sur les résultats. C'est important d'avoir des résultats parce que c'est ce qui va faire qu'on aura de l'audience dans les médias, que le public sera là dans les stades. Et si le public répond, si les médias sont là, ça veut dire qu'on aura gagné quelque part une vraie reconnaissance. Ça nous permettra d'aller plus loin sur le long terme. Évidemment, je souhaite à notre équipe de France d'aller sur la plus haute marche du podium mais on sait que la compétition est longue et il va falloir gérer les temps forts et les temps faibles.