Corruption à la Fifa : huit suspects plaideront coupable devant la justice américaine

Au total, seize nouveaux suspects ont été inculpés par la justice américaine jeudi

La ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch, jeudi 3 décembre 2015 à Washington (Etats-Unis).
La ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch, jeudi 3 décembre 2015 à Washington (Etats-Unis). (NICHOLAS KAMM / AFP)

L'enquête sur les soupçons de corruption au sein de la Fifa s'accélère. Seize nouvelles personnes ont été inculpées jeudi 3 décembre par les Etats-Unis, dont plusieurs hauts responsables de l'organisation et huit ont décidé de plaider coupable, a annoncé la ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch. 

"Chacun de ces 16 nouveaux suspects est inculpé de racket organisé et d'autres infractions liées aux abus commis dans l'exercice de ses fonctions, sur une longue période", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Washington (Etats-Unis). "Le niveau de trahison de la confiance dans cette affaire est véritablement révoltant et l'ampleur de la corruption présumée est inconcevable", a commenté la ministre, en référence aux enseignements de cette enquête qui avait déclenché une première série de sept inculpations il y a six mois.

"A ceux qui restent dans l'ombre : vous ne nous échapperez pas"

Cinq suspects ayant choisi de plaider coupable ne figuraient pas dans la première série d'inculpations lancées par les autorités américaines, a précisé la responsable. Et d'adresser un "message clair" en forme de mise en garde : "A chacun des individus coupables qui restez dans l'ombre, en espérant être épargné par cette enquête en cours, sachez que vous ne passerez pas au travers et que vous n'échapperez pas à notre ligne de mire".

Parmi les 16 nouveaux inculpés figurent les deux vice-présidents de l'instance suprême du football mondial arrêtés jeudi à l'aube à Zurich : le Paraguayen Juan Angel Napout et le Hondurien Alfredo Hawit Banegas. Napout préside la Confédération sud-américaine (Conmebol) et Hawit est le chef par intérim de la Confédération d'Amérique du Nord, centrale et des Caraïbes (Concacaf), toutes deux au centre des soupçons depuis que les scandales de corruption à grande échelle ont éclaté fin mai. Selon la justice suisse, tous deux s'opposent à leur extradition vers les Etats-Unis.

Outre ces deux hauts responsables de la Fifa, la liste des 16 nouveaux inculpés montre que la procédure frappe de plein fouet le foot brésilien. L'un des mis en cause, Marco Polo Del Nero, est ainsi l'actuel président de la Fédération brésilienne (CBF). Quelques heures après l'annonce de son inculpation, la Fédération a annoncé que celui-ci avait décidé d'interrompre provisoirement ses fonctions pour "préparer sa défense".