Cet article date de plus de six ans.

La CAF dément tout "accord de principe" pour un report en juin

La Confédération africaine de football (CAF) a démenti ce vendredi "l'accord de principe", annoncé par un quotidien marocain, à propos d'un report de la CAN-2015 en juin 2015 en raison de l'épidémie d'Ebola.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Faux et archi-faux!", a réagi le service de presse de la CAF auprès de  l'AFP. Dans son édition de vendredi, le quotidien As-Sabah (qui fait partie  d'Eco-Medias, un des principaux groupes médiatiques du royaume) cite une  "source autorisée" assurant qu'un "accord de principe" a été trouvé mercredi  lors d'une réunion à Yaoundé avec le président de la CAF, Issa Hayatou. Selon le journal, deux scénarios ont été avancés par la partie marocaine:  l'organisation de la CAN en "juin 2015" ou en "janvier 2016". M. Hayatou s'est  "montré disposé à accepter la demande marocaine" de report à l'une de ces  dates, selon la même source.


Interrogée jeudi soir par l'AFP sur un tel report, une source marocaine  proche du dossier a toutefois tempéré, soulignant qu'aucune décision officielle  n'interviendrait avant la réunion du Comité exécutif de la CAF dimanche à  Alger. "C'est à ce moment-là que la question sera tranchée. Avant ce ne sont  que spéculations", a-t-elle indiqué.


La CAN-2015 est programmée du 17 janvier au 8 février, et le tirage au sort  le 26 novembre à Rabat. Le 11 octobre, le Maroc a demandé le report de la plus importante  compétition sportive du continent en raison de l'épidémie d'Ebola, qui a fait  plus de 4.900 morts, essentiellement dans trois pays d'Afrique de l'Ouest  (Guinée, Liberia, Sierra Leone).  La CAF avait aussitôt répliqué que le calendrier restait inchangé,  renvoyant la question au comité exécutif du 2 novembre et à une rencontre avec  les autorités marocaines le lendemain à Rabat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers CAN

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.