Cet article date de plus de sept ans.

Brésil-Allemagne : un premier sommet indécis avant l'heure

Le Brésil et l'Allemagne s'affrontent ce soir à 22h en demi-finale de la Coupe du Monde. Une affiche de prestige, entre deux adversaires qui comptent au total huit titres mondiaux. Deux équipes qui ne misent que sur le titre, et donc un affrontement américano-européen qui promet, en terre brésilienne. État des lieux.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
 (Brésil-Allemagne, une affiche historique en Coupe du Monde © Reuters/Arnd Wiegmann)

L'histoire

Du haut de cette demi-finale, huit titres de champions du monde vous contemplent, pourrait-on écrire. En effet, cette rencontre oppose deux des nations les plus sacrées dans l'histoire du Mondial. D'un côté, le Brésil et son record de cinq couronnes, la dernière acquise en 2002 face à... l'Allemagne. La Mannschaft qui compte, elle, trois titres, mais dont le dernier sacre remonte déjà à 1990. Pire, les Allemands sont devenus depuis plus de dix ans des "perdants magnifiques" : défaites en finale du Mondial en 2002, en demi-finale en 2006, en finale de l'Euro 2008, et en demi-finales du Mondial en 2010 et de l'Euro en 2012... Une régularité qui ne cache pas cette absence de trophées qui commence à faire jaser dans un pays qui ne cherche que la victoire. Brésil-Allemagne : 1-0.

►►► Le palmarès des Coupes du Monde depuis 1930

Les forces en présence

Les deux équipes n'ont pas illuminé la compétition par leur niveau de jeu, loin de là. Si l'Allemagne a fait exploser le Portugal d'entrée (4-0), elle a connu une suite plus délicate, venant à bout de l'Algérie en prolongation en huitième de finale, et de la France par le plus petit des écarts (1-0) en quarts. Quant au Brésil, son jeu est assez pauvre, reposant en grande partie sur le talent de Neymar qui, malheur, est forfait pour le reste du Mondial.

La Seleçao pêche par son attaque : Oscar, Hulk et Fred, probablement titularisés mardi, peinent à être efficaces. Derrière, la défense a connu quelques trous d'air, notamment sur les côtés où Dani Alves a parfois été dépassé. Il a d'ailleurs été remplacé par Maicon lors du dernier match.

Les Allemands disposent d'une épine dorsale impressionnante, du gardien de but à l'avant-centre : Manuel Neuer, sans aucun doute le meilleur gardien du monde, Philip Lahm, Bastian Schweinsteiger et Thomas Müller. Des hommes d'expérience, à la recherche d'un premier titre international, auxquels il faut ajouter des talents comme Mesut Özil, Sami Khedira ou Toni Kroos, en pleine confiance. Et derrière, Jerome Boateng et Mats Hummels tiennent la baraque. Sur le papier, la faille n'est pas évidente à trouver. Brésil-Allemagne : 1-1.

Les coups durs

Côté allemand, on a beau chercher, on ne voit pas. Tous les joueurs sont en forme, à disposition de Joachim Löw. En revanche, le Brésil a encaissé deux énormes coups durs : le forfait de sa star Neymar, et la suspension de son capitaine Thiago Silva. L'attaquant du FC Barcelone sera remplacé par Willian ou Bernard, tandis que le défenseur du PSG sera remplacé par Dante, le Munichois qui connaît bien ses adversaires du soir. Brésil-Allemagne : 1-2.

La dynamique

Les deux équipes sont arrivées là où elles voulaient être avant le Mondial. Chacune a connu des déboires, certes, malgré tout la qualification face à deux équipes qui ont compté dans ce Mondial - la France et la Colombie - donne pas mal de certitudes. Mais les deux adversaires doivent encore hausser leur niveau de jeu. Match nul. Brésil-Allemagne : 2-3.

Les sélectionneurs

D'un côté, "Jogi", et de l'autre, "Felipão". Deux sélectionneurs parmi les meilleurs et les plus reconnus du monde. Joachim Löw, même s'il n'a pas encore réussi à remporter un trophée avec sa génération exceptionnelle, est à la base du renouveau allemand depuis plusieurs années. Sa philosophie de jeu, son charisme, et ses choix techniques, tout joue pour lui.

En face de lui, un homme qui connaît déjà les émotions que procure un titre mondial. Luiz Felipe Scolari, champion du monde en 2002 face à l'Allemagne, a repris en mains la Séleção pour lui faire atteindre les sommets. Et lui redonner le moral ; tous les joueurs sont comme hypnotisés par cette figure du Brésil qui gagne. Il compte aussi dans son encadrement technique un certain Carlos Alberto Parreira, sélectionneur et champion du monde en 1994. Brésil-Allemagne : 3-3.

Le mental

Rien ne peut atteindre les Allemands, ou presque. Quel que soit l'adversaire, joueurs et supporters sont unis dans le même but, et la même certitude : gagner. Et la victoire face à la France au tour précédent a encore augmenté la jauge de confiance de la Mannschaft.

Les Brésiliens aussi, évidemment, ne rêvent que de l'emporter. Mais la pression de tout un peuple, ainsi que l'absence de leurs deux cadres - Neymar et Thiago Silva - joue forcément sur le mental. Il faudra puiser très loin pour se mettre au niveau de l'engagement allemand, qui promet d'être total. Brésil-Allemagne : 3-4.

La musique

Oui, la musique, c'est important. De manière totalement subjective, les sonorités brésiliennes sonnent beaucoup mieux à nos oreilles que les mélodies germaniques. Brésil-Allemagne : 4-4.

(Cliquez ici, si vous êtes sur tablette ou smartphone)

(Infographie réalisée par la Documentation de Radio France)

►►► Résultat des pronostics : 4-4 (nous vous laissons juge pour la victoire finale...)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.