"Bamboula", "t'as rien à faire sur notre terrain" : des jeunes victimes de racisme dans le football témoignent

En cette journée de mobilisation contre l'homophobie et le racisme dans le football, nous avons choisi de donner la parole à des adolescents de l'équipe des U14 du Stade Olympique du Maine, constituée en majorité de jeunes d'origine étrangère.

Les U14 du Stade Olympique du Maine, le 15 mai 2019.
Les U14 du Stade Olympique du Maine, le 15 mai 2019. (CECILIA ARBONA / RADIO FRANCE)

"C'est un club que j'ai connu quand j'étais petit. J'étais le seul maghrébin sur 500 petits. J'étais directement appelé 'café au lait'. J'avais honte de ma couleur de peau, j'étais une victime", se souvient Nordine Arik, 38 ans, boxeur professionnel. Malheureusement, "aujourd'hui rien n'a changé", lui répond son ami d'enfance Erdinç Ozkan, entraîneur des U14 du Stade Olympique du Maine.

"Bamboula", "sale noir"

L'année dernière, au Stade Olympique du Maine, "un petit a fondu en larmes quand un enfant lui a dit 'bamboula, sale noir, casse-toi de chez nous, t'as rien à faire sur notre terrain", raconte l'entraîneur des U14 qui avait alors pris la décision de mettre fin au match. "Il était hors de question de continuer dans des conditions pareilles", confie-t-il.

Dans les tribunes, ils nous regardent mal et disent 'ils viennent d'où eux ?' À croire qu'on est des bandits ! Je ne réponds pas.un jeune joueurà franceinfo

À tour de rôle, les adolescents lèvent la main pour venir raconter au micro ce qui, d'habitude, reste au vestiaire : "Faites gaffe au grand singe, au grand gorille", "quand on nous traite de bougnouls, je n'aime pas ça", confient deux adolescents. Selon un autre jeune joueur, il est déjà arrivé que des parents, voire des entraîneurs, lui demandent sa licence ou sa carte d'identité. 

Quand on est victime de racisme, en parler à ses parents n'est pas toujours évident : "Je n'ai jamais rien dit. De une, parce qu'ils vont me stopper le foot en disant 's'il continue comme ça, il va faire une dépression'. Et deuxièmement, ils ne vont pas aimer ça", avoue un adolescent qui confirme vouloir protéger ses parents.

"On pensait qu'ils allaient nous voler nos affaires"

Dans l'équipe des U14 du Stade Olympique du Maine, deux enfants sont blancs. Ils n'habitent pas le quartier et viennent en bus aux entraînements. L'un d'eux raconte : "Je viens d'un club où ils n'aimaient pas cette différence. On pensait qu'ils allaient nous voler nos affaires. Dans ma tête, je savais que ce n'était pas normal", déclare Lucas qui a décidé de quitter son ancien club. Sa mère confirme la violence verbale des parents : "Je trouvais ça assez dramatique. Ils disaient que c'était des délinquants, qu'il fallait leur casser les pattes... alors que ce sont des bouts de chou !"

Le reportage de Cécilia Arbona
--'--
--'--