Ancien joueur et dirigeant, Michel Moulin se présente à la présidence de la Fédération française de football

C'est le second candidat déclaré après l'ancien président de la Ligue de football professionnel, Frédéric Thiriez, à briguer le poste de patron du foot français en mars prochain. 

Article rédigé par
Alexandre Vau - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Michel Moulin est aussi entrepreneur. Il est le fondateur du journal gratuit Paru Vendu ou encore du mensuel Le 10 Sport. (THOMAS BREGARDIS / MAXPPP)

C'est officiel. Michel Moulin est candidat à la présidence de la Fédération française de football. Il l'annonce à la radio sur franceinfo. Joueur, entraîneur, dirigeant, conseiller sportif du PSG en 2008, c'est avec cette double casquette footballeur-entrepreneur qu'il porte 35 solutions pour le foot français et notamment le foot amateur. "Il y a des problèmes de sécurité, de racisme, d'homophobie, et aujourd'hui ce que l'on voit, c'est qu'il y a de moins en moins de bénévoles, de licenciés", explique-t-il. "Demandez aux parents, ils ont même peur de mettre leurs enfants au football. C'est grave !"

"Il y a une fédération qui joue son rôle parisien mais qui ne va pas plus loin que le périphérique."

Michel Moulin

à franceinfo

Cet entrepreneur est le fondateur du journal gratuit Paru Vendu ou encore du mensuel Le 10 Sport. Il aura 60 ans dans quelques jours, le 12 janvier. Michel Moulin n'est pas tendre avec son prédécesseur. Il dénonce la gestion du président sortant Noël Le Graët, élu depuis juin 2011 et qui pourrait briguer un troisième mandat. "La direction de la fédération est très mauvaise. Le salaire par exemple. Comment peut-on avoir des salaires si énormes dans une fédération ?" se demande Michel Moulin. Et il poursuit avec le raté de l'attribution des droits TV : "Sur Médiapro, c'était un bide annoncé. Il y a deux ans, la direction générale de la FFF aurait dû appuyer sur le bouton pour avertir du danger. Ils n'ont pas regardé." Sur tous ces sujets importants, ils ne sont pas à la hauteur." 

"Il veut innover et changer la gouvernance"

C'est pourquoi Michel Moulin veut innover. Il est soutenu par d'anciens joueurs, comme Pascal Olmeta, d'anciens sportifs, comme David Douillet, d'anciens dirigeants d'autres sports comme Max Guazzini, et par des experts dans leurs domaines comme Bernard Squarcini, ex-patron de la Direction centrale du renseignement intérieur, sous Nicolas Sarkozy : "Michel m'a demandé de venir apporter une expertise car il veut innover et changer la gouvernance. Et puis organiser tout ce qui ordre public, sécurité, et valeurs républicaines aussi", explique Bernard Squarcini.

Moins connu que son concurrent déclaré Frédéric Thiriez, et que le président sortant Noël Le Graët, Michel Moulin part en campagne, comme sa condamnation à six mois de prison avec sursis dans l'affaire des matches truqués de Nîmes en 2014 l'y autorise. Dans cette affaire, Michel Moulin a d'ailleurs dénoncé le principe de sa condamnation et s'est pourvu en cassation. Le dépôt des candidatures se déroulera le 11 février, pour une élection le 13 mars prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.