Euro 2021 : huit villes-hôtes engagées à accueillir du public

Huit des douze villes-hôtes de l'Euro de football (11 juin-11 juillet) se sont d'ores et déjà engagées à accueillir des spectateurs, ce qui laisse en suspens le sort de Munich, Rome, Bilbao et Dublin, a annoncé l'UEFA ce vendredi 9 avril.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'Euro 2020 se déroulera du 11 juin au 11 juillet 2021 (OLGA MALTSEVA / AFP)

Huit stades se sont engagés à accueillir du public pour l'Euro de football, prévu du 11 juin au 11 juillet dans douze villes européennes. L'UEFA, l'association de football européen, organisatrice de l'événement, l'a annoncé ce vendredi 9 avril dans un communiqué

"À l’heure actuelle, huit pays organisateurs ont confirmé la capacité de leurs stades selon leurs prévisions concernant l’amélioration de la situation sanitaire sur leurs territoires respectifs aux mois de juin et juillet", a indiqué l'instance. "Plusieurs facteurs sont pris en compte, notamment le plan de vaccination national, les mesures prévues pour rouvrir l’économie et le ralentissement espéré de la propagation du virus en raison de l’arrivée de la saison chaude."

Des stades remplis de 25 à 100 %

Budapest, très avancée dans sa campagne de vaccination, vise des tribunes combles, a condition que les spectateurs remplissent "les strictes conditions d'entrée dans le stade", a précisé l'UEFA. 

Saint-Pétersbourg et Bakou ont de leur côté promis une jauge à 50%, tandis qu'Amsterdam, Bucarest, Copenhague et Glasgow se sont engagés sur 25-33% de spectateurs. Londres table sur "au minimum 25%" du public pour les trois matches de poule, en espérant une "capacité supérieure pour les demi-finales et la finale". Les Pays-Bas, la Roumanie et le Danemark se laissent la possibilité d’augmenter leurs capacités d’ici à la fin du mois, selon l’avancée de leurs programmes de tests de masse et l’évolution des conditions sanitaires générales.

L'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et l'Irlande sur la sellette ?

Les quatre villes restantes (Munich, Rome, Bilbao et Dublin) "ont jusqu'au 19 avril pour fournir des informations supplémentaires sur leurs plans, et une décision finale sera prise à cette date" concernant l'éventuelle délocalisation des rencontres qui y étaient prévues, a expliqué l'instance du football européen. En clair, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et l'Irlande risquent de perdre leur statut de pays-hôtes, l'UEFA exigeant depuis mi-mars que chaque rencontre de son tournoi paneuropéen reçoive du public.

L'UEFA a accordé aux supporteurs jusqu'au 22 avril pour se faire rembourser leurs billets, promettant "des dispositions spéciales" en cas de délocalisation ou de rencontre finalement programmée à huis clos.


Avec AFP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.