Euro 2020 : Bilbao et Dublin ne recevront pas la compétition, Séville et Saint-Pétersbourg en remplacement

Onze villes différentes accueilleront l'Euro 2020, une première dans l'histoire de la compétition.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (JOAQUIN CORCHERO / SPAINDPPI)

Dublin et Bilbao ne font plus partie des villes qui accueilleront l'Euro 2020, a annoncé ce vendredi 23 avril, l'UEFA dans un communiqué. Une décision prise puisque ces deux localités ne peuvent pas garantir un taux de remplissage minimum dans leur stade, l'idée d'un huis clos étant totalement proscrite par l'instance européenne. 

Pour la première fois de l'histoire de la compétition et pour célébrer son 60e anniversaire, le championnat d'Europe de football, qui se tiendra du 11 juin au 11 juillet 2021, est organisé dans plusieurs villes différentes. Au départ il y en avait douze : Rome, Londres, Amsterdam, Bakou, Bucarest, Budapest, Saint-Pétersbourg, Copenhague, Glasgow, Munich, Dublin et Bilbao. Mais les deux dernières ont été retirées du projet puisqu'elles ne permettaient pas la réception d'un public dans les stades.

La capitale de l'Irlande sera remplacée par Saint-Pétersbourg qui fait déjà partie de la liste des villes-hôtes et qui a également confirmé pouvoir recevoir au minimum une jauge de 50% de spectateurs. Les huitièmes de finale initialement prévus à Dublin se dérouleront finalement au Stade de Wembley à Londres. La ville basque sera quant à elle remplacée par une autre ville de la péninsule ibérique à savoir Séville, qui a mis à disposition son stade olympique et s'est engagé à le remplir à 30% de sa capacité initiale. 

Enfin, Munich garde ses matches, l'UEFA ayant annoncé que la ville était en mesure d'accueillir un minimum de 14 500 spectateurs à l'Allianz Arena. Une affirmation pourtant contredite dans l'après-midi par le maire de la cité bavaroise.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.