Vidéo Précarité dans le sport : "Je vois tous les sportifs qui galèrent", réagit le champion olympique d'épée Romain Cannone

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Xavier Allain - franceinfo
Radio France

Le champion olympique et champion du monde d'épée, invité du festival Demain le Sport jeudi, est revenu sur la précarité vécue par certains athlètes olympiques. 

Invité jeudi 22 septembre du festival Demain le Sport, organisée par franceinfo, avec France Télévisions et L'Equipe, à la Maison de la Radio et de la Musique, le champion olympique et champion du monde d'épée Romain Cannone est revenu sur la précarité vécue par certains athlètes olympiques : "Je vois tous les sportifs qui galèrent qui viennent parfois des quartiers défavorisés, qui ont peut-être moins de moyens et souvent, les meilleurs sponsors dans ces cas-là, ce sont les parents."

"Il n'y a qu'à faire un tour à l'Insep [l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance]. On est avec les meilleurs sportifs pour préparer les Jeux, les meilleurs espoirs. Beaucoup continuent d'étudier parce qu'ils savent qu'ils ne vont pas vivre de leur sport et qu'il faut avoir une sécurité de côté. C'était mon cas jusqu'à avant les Jeux, avant Tokyo", explique Romain Cannone. "Aujourd'hui, j'ai la chance d'avoir un travail aménagé et d'avoir un sponsor", ajoute l'épéiste. Il avoue cependant que du fait de son travail, il est contraint de "mettre certains soins de côté" ou de prendre sur son temps de sommeil pour accomplir ses missions.

"Ça me suffit mais je ne gagne pas un gros salaire comme un joueur de tennis ou un joueur de golf ou un joueur de foot. Si je peux avoir un sponsor en plus, je serais content."

Romain Cannone, champion olympique

au festival Demain le Sport

"Ça prend du temps de prendre des cours pour trouver des sponsors, pour savoir comment lire un contrat. Moi ma priorité c'était mon rêve d'être champion olympique", explique Romain Cannone. Il faudrait, selon lui, mettre en place un mécanisme qui encourage les entreprises ou les services publics à "sponsoriser les jeunes pour que cela leur libèrent du temps pour qu'ils se consacrent aux Jeux olympiques".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.