En images Partout dans le monde, on pleure Diego Armando Maradona

Le décès de Diego Maradona, star mondiale et géant de l'histoire du football, a ému la planète entière. Des rues de Buenos Aires, en passant par l'Italie, la Syrie ou l'Inde, les supporters de l'Argentin et les badauds ont pu rendre hommage à l'ancien numéro 10, disparu mercredi.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
A Naples, deux personnes s'étreignent dans un hommage rendu à Diego Maradona, décédé le 25 novembre, à 60 ans (ALESSIO PADUANO / ANADOLU AGENCY)

Diego Maradona était plus que du football. Plus que du sport. Plus qu'un pays. Quelques heures après son décès, les hommages ont plu pour el "Pibe de oro", décédé d'un arrêt cardiaque mercredi 25 novembre, à Tigre. L'ancienne star du ballon rond était parmi les plus grands de l'histoire du ballon rond, et peut-être le plus adulé. Sa mort a plongé le monde entier dans le deuil et le recueillement.

En Argentine, le peuple s'est réuni spontanément dans les rues pour pleurer son héros, célébrer sa vie aussi, toute la nuit durant. Autour du cortège qui emmenait son cercueil vers le palais présidentiel ou dans les artères de Buenos Aires, les yeux étaient embués et les cœurs lourds. C'est plus largement le monde entier qui se souvient d'un artiste du football, d'un pied gauche de velours et d'une personnalité à part, qui transcendait son univers pour toucher la planète toute entière.

Ces images resteront à jamais comme la marque indélébile de Maradona sur tout un peuple argentin, qui n'a juré que pour son numéro 10 au point d'un faire un symbole quasi-christique, mais aussi plus largement sur le monde dans son ensemble.

 (MUHAMMED EMIN CANIK / ANADOLU AGENCY)

1/12. Un fan de Diego Maradona pleure la légende argentine dans les rues de Buenos Aires, après son décès. MUHAMMED EMIN CANIK / ANADOLU AGENCY

 (MUHAMMED EMIN CANIK / ANADOLU AGENCY)

2/12. Quelques instants après l'annonce du décès de Diego Maradona, les supporters de Boca Juniors se sont retrouvés près de la Bombonera, le stade du club pour lequel a évolué le meneur de jeu. MUHAMMED EMIN CANIK / ANADOLU AGENCY

 (RONALDO SCHEMIDT / AFP)

3/12. Maradona, icone transgénérationnelle : un père et sa fille pleurent dans les rues de Buenos Aires. RONALDO SCHEMIDT / AFP

 (DOUGLAS MAGNO / AFP)

4/12. Très vite, les hommages traversent les frontières. Les joueurs du club brésilien de l'Atlético Mineiro ont joué mercredi avec un flocage hommage à Diego Maradona, quelques heures après la mort de la star argentine. DOUGLAS MAGNO / AFP

 (ANTONIO BALASCO / IPA / MAXPPP)

5/12. A Naples, où Maradona a joué entre 1984 et 1991, la détresse est immense. Les fans napolitains de Diego Maradona se sont retrouvés après sa mort au Quartieri Spagnoli où un sanctuaire lui est dédié. ANTONIO BALASCO / IPA

 (CARLO HERMANN / AFP)

6/12. D'autres se sont réunis devant le stade San Paolo du Napoli, qui devrait bientôt être rebaptisé Stade Diego Maradona. CARLO HERMANN / AFP

 (MUHAMMAD HAJ KADOUR / AFP)

7/12. La vague d'émotion se propage partout : le peintre syrien Aziz Asmar se tient devant une fresque en hommage à Diego Maradona dans les ruines de Binnish. MUHAMMAD HAJ KADOUR / AFP

 (MARCOS BRINDICCI/AP/SIPA / SIPA)

8/12. Dans la soirée argentine, une ambulance emmène la dépouille de Diego Maradona, entouré par le peuple de Buenos Aires. MARCOS BRINDICCI / AP / SIPA

 (RONALDO SCHEMIDT / AFP)

9/12. Maillot de l'Albiceleste frappé au cœur du numéro 10, cette fan effondrée ne peut contenir son émotion. RONALDO SCHEMIDT / AFP

 (FERNANDO GENS / DPA)

10/12. Les supporters de Boca Juniors ont communié jusque tard dans la nuit pour célébrer la vie de Diego Maradona comme un titre de leur club favori. FERNANDO GENS / DPA / PICTURE-ALLIANCE / NEWSCOM / MAXPPP

 (JUAN IGNACIO RONCORONI/EF/SIPA / EFE)

11/12. Ceux des Argentinos Juniors, club formateur de Maradona, ont aussi rendu hommage à leur idole dans leur stade. JUAN IGNACIO RONCORONI / EF / SIPA

 (DIBYANGSHU SARKAR / AFP)

12/12. Ce jeudi matin, la presse internationale consacre ses Unes à Diego Maradona, ici des vendeurs de journaux dans les rues de Kolkata, en Inde. DIBYANGSHU SARKAR / AFP

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.