Cet article date de plus de trois ans.

Blanchi par l'UCI, Christopher Froome pourra participer au Tour de France, annoncent les organisateurs

Le coureur britannique avait été contrôlé avec une concentration élevée en salbutamol dans ses urines, le 7 septembre 2017 sur la Vuelta.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le cycliste Christopher Froome, le 15 juin 2018 à Saint-Lary-Soulan (Hautes-Pyrénées). (AFP)

Christopher Froome va bien pouvoir prendre le départ du Tour de France, le 7 juillet. Le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, l'a confirmé au micro de franceinfo, lundi 2 juillet, après l'annonce par l'Union cycliste internationale de la fin de la procédure enclenchée contre le coureur britannique. Christopher Froome avait fait l'objet d'un contrôle anti-dopage anormal en septembre 2017 sur la Vuelta, qui avait laissé apparaître un taux élevé de salbutamol dans ses urines.

"Tout ça pour ça ! Nous n'avons eu de cesse depuis décembre de dire que nous avions besoin d'une réponse rapide", a déclaré Christian Prudhomme sur franceinfo. "La réponse tombe aujourd'hui, comme souvent au tout dernier moment, pour quelque chose qui s'est passé en septembre", regrette-t-il.

La décision de l'UCI a été rapidement saluée par le coureur, qui se dit "reconnaissant et soulagé" sur Twitter.

"Le 28 juin 2018, l'Agence mondiale anti-dopage a informé l'UCI qu'elle reconnaissait, en se basant sur les éléments du dossier, que le résultat d'analyses de Christopher Froome ne constituait pas un résultat d'analyses anormal, indique l'organisation. L'UCI a donc décidé, en se basant sur la position de l'AMA, de refermer la procédure contre monsieur Froome".

"L'UCI comprend qu'il y aura beaucoup de débat autour de cette décision, mais elle veut rassurer tous ceux qui aiment le cyclisme que cette décision est basée sur des conclusions d'experts, la position de l'AMA, et une évaluation complète des faits", poursuit l'UCI. Dimanche 1er juillet, plusieurs médias, dont franceinfo, révélaient que les organisateurs du Tour de France ne voulaient pas du coureur britannique sur l'édition 2018. Une position difficilement tenable aujourd'hui.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Dopage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.