"Commencez par balayer devant votre porte" : l'Agence mondiale antidopage met en garde les Etats-Unis

La décision des Etats-Unis de ne pas payer la totalité de sa contribution annuelle n'a pas plu à l'Agence mondiale antidopage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président de l'Agence mondial antidopage Witold Banka en conférence de presse, le 23 juillet 2021, à Tokyo. (GRIGORY SYSOEV / SPUTNIK)

Le président de l'Agence mondiale antidopage (AMA) Witold Banka entend travailler étroitement avec les Etats-Unis, mais souhaite que les sports américains se soumettent plus largement aux règles internationales antidopage, a-t-il expliqué, vendredi 23 juillet, à l'AFP.

Mercredi, les Etats-Unis ont décidé de verser seulement la moitié de leur contribution annuelle à l'AMA (1,6 million sur 2,9 millions de dollars), conditionnant le paiement du reste à des réformes plus profondes au sein de l'instance internationale.

"Quand vous voulez améliorer les choses dans le monde, vous commencez par balayer devant votre porte", a déclaré Witold Banka à l'AFP, interrogé vendredi en marge d'une conférence de presse, où était notamment présenté le programme d'observation de l'AMA pendant les JO de Tokyo.

Des relations tendues

Le président de l'AMA a expliqué qu'il "était content de travailler main dans la main" avec les Etats-Unis, mais qu'il souhaitait qu'ils fassent en sorte que plus de sports respectent le code mondial antidopage.

Les principales ligues professionnelles américaines, comme la NFL pour le football américain, la MLB pour le baseball, la NBA pour le basket, la NHL pour le hockey sur glace, ne sont pas signataires de ce code. "Ce n'est pas équitable de concourir sous des règles différentes" du reste du monde. "Il est grand temps que quelque chose soit fait", a-t-il exhorté.

Les relations entre les Etats-Unis et l'AMA sont tendues depuis plusieurs années. Les Américains reprochent à l'AMA un manque d'indépendance, du fait des responsables de fédérations sportives et de membres du Comité international olympique (CIO) qui, selon eux, exercent une influence en son sein.

"Je veux souligner clairement que nous voulons travailler avec les Américains, nous avons besoin d'eux car ils sont une grande nation sportive", a-t-il tempéré. "Nous devons nous soutenir et non nous concurrencerTravaillons ensemble et concentrons nous sur l'antidopage."

Après le versement mercredi de la moitié de la contribution financière, l'AMA avait précisé que "d'autres réformes (étaient) en cours de discussion et seront présentées au Conseil de fondation de l'AMA lors de la prochaine réunion en novembre".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Dopage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.