"Cette défense est plausible" : le numéro 1 mondial de tennis en double blanchi de tout soupçon de dopage grâce à un steak

Robert Farah a été blanchi après un contrôle antidopage positif à un anabolisant, la Fédération internationale de tennis (ITF) estimant que celui-ci était dû à la contamination d'une viande consommée par le joueur.

Robert Farah à l\'US Open à New York aux États-Unis en septembre 2019.
Robert Farah à l'US Open à New York aux États-Unis en septembre 2019. (ELSA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Il aurait pu être suspendu pour dopage mais il ne le sera pas. Le tennisman colombien Robert Farah, numéro 1 mondial en double, n'avait pas pu participer à l'Open d'Australie, premier tournoi du Grand Chelem de la saison, après avoir été contrôlé positif à un anabolisant. Suspendu provisoirement en octobre dernier, il est désormais blanchi par la Fédération internationale de tennis (IFT) qui juge que le sportif a été contaminé en mangeant un steak. 

Un produit utilisé dans les élevages sud-américains

Robert Farah a été suspendu après un contrôle positif à la boldénone, une substance utilisée pour stimuler la croissance des bovins. Le Colombien a ensuite prouvé qu'il avait été contaminé par une viande consommée au restaurant. Une version jugée crédible par le docteur Gérard Dine, médecin biologiste et consultant auprès de l'Agence mondiale antidopage. "Il faut savoir que la boldénone est en vente libre en Colombie, elle est très utilisée dans les élevages en Amérique du Sud. Dans ce contexte, on ne peut pas totalement éliminer cette hypothèse. On peut donc imaginer que cette défense est plausible", poursuit-il. 

Selon Gérard Dine, la simple consommation d'une viande contaminée par un produit interdit ne fournit pas à l'athlète une quantité dopante suffisante pour parler de tricherie. "Ce produit normalement n'a pas à se trouver chez lui et ce n'est pas parce qu'on va trouver un résidu de boldénone, pour le peu que vous ayez été contaminé par de la viande colombienne, qu'on puisse dire qu'il va y avoir un effet dopant efficace". 

Robert Farah n'est pas le seul sportif à avoir été contaminé après avoir mangé une viande contaminée par une substance interdite. La même mésaventure était arrivée au cycliste Alberto Contador, lui aussi blanchi après avoir été contrôlé positif au clenbuterol, un produit utilisé pour le traitement de l'asthme chez les chevaux.