Cet article date de plus de deux ans.

Décès de Nicolas Leoz, ancien dirigeant poursuivi pour corruption par les Etats-Unis

Nicolas Leoz, ancien président de la confédération sud-américaine de football (CONMEBOL) et poursuivi pour corruption dans le cadre du Fifagate, est décédé.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

L'ex-patron du football sud-américain, le Paraguayen Nicolas Leoz, réclamé par les Etats-Unis pour corruption dans le cadre du "Fifagate", est décédé mercredi à l'âge de 90 ans dans une clinique d'Asuncion, a-t-on appris de source médicale. Président de la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) entre 1986 et 2013, Nicolas Leoz était visé depuis 2015 par un mandat d'arrêt international lancé par la justice américaine pour "association illicite en bande organisée, fraude et blanchiment d'argent". La procédure d'extradition était en cours devant la justice du Paraguay.

Assigné dans une clinique privée 

Nicolas Leoz, un personnage de premier plan au Paraguay, était soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin en échange de l'attribution des droits de diffusion TV de compétitions organisées par la Conmebol. Egalement ancien vice-président de la Fifa et homme de confiance du tout-puissant patron de l'organisation Joseph Blatter, il était aussi soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin pour favoriser l'octroi des Mondiaux à la Russie (2018) et au Qatar (2022), aux dépens des Etats-Unis et de l'Angleterre.

Les avocats de M. Leoz avaient argué de son âge avancé et de sa santé fragile, il souffrait de problèmes cardiaques, d'un cancer et de la maladie de Parkinson, pour tenter de bloquer son extradition vers les Etats-Unis. M. Leoz, qui se trouvait assigné à résidence dans une clinique privée d'Asuncion en attendant que la justice paraguayenne statue sur son sort, est décédé d'un infarctus, selon le quotidien ABC Color.

42 personnes inculpées

Le "Fifagate" a été révélé au grand jour en mai 2015, avec l'arrestation à Zurich de sept hauts responsables du football mondial en marge du congrès de la Fifa, à la demande de la justice américaine qui enquêtait sur plusieurs millions de dollars de pots-de-vin et de rétrocommissions depuis les années 1990. Parmi les 42 personnes inculpées par la justice américaine figuraient surtout des Sud-Américains. Beaucoup ont plaidé coupable, d'autres ont réussi à éviter leur extradition.

Parmi les condamnés figure l'ancien président de la Fédération brésilienne (CBF) Jose Maria Marin, qui a écopé en août 2018 de quatre ans de prison au terme d'un procès-fleuve à New York. Le successeur de M. Leoz à la tête de la Conmebol, son compatriote Juan Angel Napout, purge quant à lui une peine de vingt ans dans une prison américaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.