Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Le tour de Thomas Voeckler : "Aujourd'hui, il n'y aura pas de chamboulement au général"

Publié
Article rédigé par
Édité par Thomas Pontillon - franceinfo
Radio France

Notre consultant sur cette Grande Boucle décrypte les enjeux de cette 14e étape entre Saint-Paul-Trois-Châteaux et Mende. 

Après une journée plutôt tranquille vendredi, les coureurs vont s'attaquer samedi 21 juillet à un plus gros morceau. La 14e étape du Tour de France va se disputer sur terrain accidenté, entre Saint-Paul-Trois-Châteaux et Mende. L'arrivée est réputée pour être particulièrement éprouvante. "Cette étape arrive après une journée tranquille, donc les coureurs, ca peut paraitre bizarre, ont pu un petit peu récupérer", explique Thomas Voeckler, notre consultant cyclisme lors de cette Grande Boucle. "Aujourd'hui, c'est une étape casse-patte, ce n'est pas une étape de haute montagne mais l'arrivée est vraiment sélective. C'est trois kilomètres à 10% de moyenne, c'est vraiment dur!"

La reprise des grandes manœuvres ? 

Selon Thomas Voeckler, il n'y aura pas de "chamboulement au classement général", samedi. "Les équipes des favoris vont se contenter de placer leur leader au pied des dernieres côtes, et croyez moi, c'est déjà un premier pas de réussi si on arrive à la faire", explique l'ancien cycliste. "Je vois bien quand même une échappée ouvrir le terrain, et derrière quelques attaques des favoris du général mais cela ne changera pas la face du classement".

Bousculer la Sky ? 

L'équipe de Chris Froome et Geraint Thomas semble avoir déjà assomée le Tour. "Plus le temps passe, plus ça joue en faveur de la Sky", décrypte Thomas Voeckler, "mais il ne faut pas faire n'importe quoi. Par exemple, si Romain Bardet se lancait, avec un équipier, à 60 kilomètres de l'arrivée, ça serait dépenser des forces inutilement. C'est vrai qu'il faut tenter de bousculer la Sky, mais pas n'importe quand non plus", conclut notre consultant.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.