Liège-Bastogne-Liège : "Je rêve de gagner" annonce Alaphilippe

Le Français Julian Alaphilippe fera partie des favoris dimanche, lors de Liège-Bastogne-Liège.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (ERIC LALMAND / BELGA)

Liège-Bastogne-Liège est dimanche "mon gros objectif" de la première partie de saison, a annoncé vendredi le champion du monde, Julian Alaphilippe, qui n'a encore jamais gagné la Doyenne des classiques cyclistes. Deux jours après son succès dans la Flèche Wallonne, le troisième de sa carrière, Alaphilippe s'est montré confiant lors d'un point-presse tenu par visioconférence: "Je l'aborde dans de bonnes conditions, avec la motivation à bloc et une belle équipe au départ."

"Ne pas s'enflammer" après la Flèche Wallonne

"Je sais pourquoi je suis venu sur les Ardennaises, c'est pour essayer de gagner", a déclaré le Français (28 ans), qui a entrevu la victoire l'an passé avant d'être dépassé par le Slovène Primoz Roglic et d'être rétrogradé à la 5e place. Alaphilippe, qui a procédé vendredi à une reconnaissance du parcours, a précisé être "passé tout de suite sur autre chose" après la Flèche Wallonne.

"Il ne faut pas s'enflammer, a-t-il dit. Cela m'a confirmé que le travail avait été bien fait. Mais Liège est une course différente même si la Flèche est un bon indicateur, une course longue qui demande beaucoup d'énergie, de concentration, et d'avoir les jambes sur le final."

"Ces derniers jours, j'ai plutôt travaillé les efforts un peu plus longs même si je ne suis pas allé en altitude et je n'ai pas fait de longues ascensions en montagne. Liège est une course qui m'a toujours plu, que j'affectionne particulièrement. Les ascensions ne sont pas très longues mais La Redoute et La Roche-aux-Faucons arrivent en fin de course, elles font la différence", a estimé le champion du monde.

Roglic, son principal rival

"C'est une course qui me tient à coeur, que je rêve de gagner mais je sais que cela va être difficile", a insisté Alaf en désignant Roglic, vainqueur du Tour du Pays Basque et deuxième de la Flèche Wallonne, pour premier rival: "Il a fait un gros truc sur la Flèche, il est parti de très loin, en force. J'ai suivi le Tour du Pays Basque, je savais qu'il était en forme. Il va être très dur à battre."

Le Français a eu aussi un mot pour l'Espagnol Alejandro Valverde, le quadruple vainqueur de la Doyenne qui s'est classé troisième mercredi dernier: "Cela m'a fait chaud au coeur quand il est venu me féliciter. On a beaucoup de respect l'un envers l'autre. Etre aussi performant à près de 41 ans, chapeau et énorme respect !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.