Tour de France : Contador roule vers un deuxième sacre

21e et dernière étape aujourd’hui de la Grande Boucle, qui conduira le peloton sur 164km de Montereau-Fault-Yonne à Paris. Maillot jaune sur les épaules et grand favori de cette édition 2009, l’Espagnol Alberto Contador devrait, sauf imprévu, remporter son deuxième sacre, après une première victoire en 2007…

(Radio France © France Info)

Il ne s’est pas imposé hier au sommet du Mont-Ventoux, 20e étape remportée par son compatriote Juan Manuel Garate (Rabobank), mais il a gardé sa place de leader. Avec plus de quatre minutes d'avance au général, rien ne semble résister à Alberto Contador (Astana). Meilleur grimpeur à Verbier dans les Alpes suisses et meilleur rouleur à Annecy, l’Espagnol de 26 ans devrait remporter cet après-midi sur les Champs-Elysées cette édition 2009. Un Contador "déjà exceptionnel avant le départ de ce Tour", commente Jean-François Bernard, le consultant de France Info, qui rappelle le palmarès déjà impressionnant du jeune Espagnol, vainqueur de la Grande Boucle en 2007, puis du tour d’Italie et du tour d’Espagne en 2008.

A 4 minutes et 11 secondes exactement derrière le maillot jaune, Andy Schleck (Saxo Bank) n’a pas réussi à revenir sur l’Espagnol qui ne lui a laissé aucune occasion. Mais le Luxembourgeois de 24 ans s'estime satisfait de son Tour. "J'aurais pu tenter de gagner l'étape aujourd'hui (samedi), mais je suis content comme ça. Contador était le plus fort du Tour, il était présent en permanence, sans jour sans. Il a gagné trois étapes, c'est un gentleman", a-t-il déclaré hier à l’issue de l’ascension du Ventoux.

Quant à l'Américain Lance Armstrong (Astana), troisième au classement général avant cette ultime étape (5:21), il devrait lui aussi monter sur le podium, prouvant qu’à bientôt 38 ans, il reste parmi les meilleurs. "Hé, je ne peux pas me plaindre. Pour une vieille peau comme moi qui vient ici et se retrouve sur le podium avec ces jeunes
mecs, c'est pas mal", a plaisanté le Texan hier.

Si après trois ans d'absence, le retour du septuple vainqueur de la Grande Boucle (de 1999 à 2005) a été contesté au départ de la course, force est de reconnaître "après-coup" qu’il a aussi permis un "vrai duel". "Le duel, c’est ce qu’il y a de plus beau dans le sport. C’était Nadal-Federer, c’était Armstrong-Contador sur ce Tour de France là", estime Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France.

Le peloton s’élancera à 13h30 de Montereau-Fault-Yonne pour une dernière étape de 164km qui le conduira sur les Champs-Elysées à Paris. Arrivée prévue vers 17h36. A suivre sur France info.

Cécile Mimaut, avec agences