Tour de France 2021 : les réactions du peloton après l'annonce du parcours

Le mystère est levé ! A un peu moins de 9 mois du grand départ à Brest, le parcours du Tour de France 2021 a été révélé par le directeur de la course, Christian Prudhomme, sur le plateau de Stade 2. Après une première semaine bretonne, et un rapide passage par les Alpes puis le Mont Ventoux, c'est dans les Pyrénées que se jouera la Grande Boucle 2021. Mais aussi lors de deux contre-la-montre individuels. Bref, un parcours qui fait dans le classique, et qui fait réagir le peloton.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (SYLVAIN THOMAS / AFP)

• Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) :

 (KEI TSUJI / BETTINIPHOTO)

"Un parcours vraiment classique, avec pas mal de sprints, pas mal d’étapes de puncheurs, assez peu de montagne dans la première partie et les Pyrénées qui sont assez durs. La belle étape de Tignes est pour moi l’étape de montagne la plus sympa. Le vent pourrait être assez piégeux. C’est un Tour différent des dernières années, moins pour les grimpeurs mais plus pour les coureurs complets avec deux chronos. Il va falloir regarder tout ça en détail, mais c’est un parcours vraiment intéressant."

• Guillaume Martin (Cofidis)

 (PAULINE BALLET)

"Ca me semble être un parcours assez équilibré. Je suis très heureux qu’il retrouve la partie ouest de la France en tant que Normand même si la Normandie est évitée de justesse (rires). Par rapport au Tour 2020, ça va être un Tour plus piégeux avec des étapes pour des puncheurs au début. Et puis ensuite on arrivera sur les choses sérieuses avec un week-end alpin assez difficile et surtout l’enchaînement dans les Pyrénées qui parait compliqué et qui s’annonce spectaculaire. Surtout avec le Mont Ventoux au milieu. Pour les ambitions sur l’épreuve, ça demande un peu de temps. Les pistes sont ouvertes. C’est un beau parcours pour se montrer ambitieux."

• Romain Bardet (Sunweb) :

Une page se tourne pour Romain Bardet. (PIERRICK DELOBELLE / MAXPPP)

"C’est un parcours plus traditionnel, plus classique, qui me rappelle le Tour de France que je regardais dans mon enfance avec plus de sprints au début. Et aussi deux grands chronos qui vont être deux échéances importantes pour le général. En dernière semaine,  un triptyque pyrénéen promet des retournements de situation. A première vue, il n’y a pas l’enchainement de montagnes qui me convient. Je vais me pencher sur les étapes en elles-même, ça sera un tour piégeux. Le vent aura un grand rôle, surtout en première semaine. On sait que le col du Portet avait fait de beaux écarts en 2018. Les hommes forts émergeront en troisième semaine."

• David Gaudu (Groupama-FDJ) :

David Gaudu, le coéquipier de luxe de Thibaut Pinot chez Groupama - FDJ. (JEAN-CHRISTOPHE BOTT / KEYSTONE)

"Ca va être deux premières belles étapes, deux belles arrivées pour puncheurs-grimpeurs. Les deux vont être à quelques kilomètres de chez moi en Bretagne. Ça donne envie d’y être. Ça va être des routes que je connais par cœur. Mûr de Bretagne, c’est notre Alpe d’Huez à nous avec un public qui pousse de haut en bas. C’est une foule exceptionnelle qui supporte tous les coureurs. C’est une ascension qui devient récurrente sur le Tour de France. Toutes les arrivées dans les Pyrénées ou les Alpes sont intéressantes. Je pense notamment à celle du Portet qu’on a déjà réalisée il y a quelques années."

• Nans Peters (AG2R La Mondiale) :

Nans Peters lors de sa troisième place Gran Piemonte 2019. (MARCO BERTORELLO / AFP)

"On va retrouver un fond un peu plus classique avec une première semaine très nerveuse avec des routes sinueuses en Bretagne, des petits taquets. La première semaine le Tour pourra se perdre mais pas se gagner. On arrivera rapidement dans les Alpes. A titre personnel je suis un peu déçu qu’il n’y ait que deux étapes dans les Alpes. Le parcours me plaît bien avec une grosse portion dans les Pyrénées où je pense qu’il y aura une belle part pour les coureurs offensifs, pour les échappées. J’espère en faire partie. Ca va être intéressant à suivre. Deux chronos, ça fait un petit moment qu’il n’y a pas eu ce format sur le Tour. Il y aura du spectacle jusqu'au bout."

• Warren Barguil (Arkea-Samsic) :

Warren Barguil, nouveau champion de France et dernier vainqueur un 14 juillet. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

"Comment ne pas être en appétit devant ce tracé avec ces quatre jours de Fest Noz cyclistes ? J'espère que notre équipe sera invitée à cette grande fête bretonne et nationale. Je suis un coureur comblé avec ce départ près de chez moi à Lorient. Les étapes bretonnes m'inspirent. J'apprécie ce tracé du Tour avec des Alpes courtes mais intenses, suivies par le Mont Ventoux à escalader deux fois, un col sauvage, difficile qui ne pardonne pas, mais que j'apprécie. La réintroduction des contre-la-montre individuels est une bonne chose, car cet exercice fait partie du cyclisme et du Tour de France."

• Nairo Quintana (Arkea-Samsic) :

 

Nairo Quintana, en septembre 2020. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

"Nous devrons effectuer une très bonne préparation au contre-la-montre, ce seront des étapes très importantes pour le classement général au même titre que les étapes de montagne, notamment celle du Ventoux, un col que j'affectionne bien évidemment, j'y ai déjà connu la réussite. Actuellement je poursuis ma rééducation post-opératoire de mes deux genoux. Je travaille sans relâche avec les kinés dans la perspective de 2021. Mon objectif pour ce Tour reste le classement général, avec l'ambition d'essayer de décrocher un podium même si je sais que la concurrence est de plus en plus vive."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.