Cet article date de plus de trois ans.

Tour de France 2018 : Sylvain Chavanel ne s’est pas dégonflé

Abandonné par ses compagnons d'échappée, Sylvain Chavanel a fait honneur au maillot Direct Energie et à son patron Jean-René Bernaudeau sur les routes de Vendée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

C’était presque trop beau. En Vendée, sur les routes de Jean-René Bernaudeau et de son équipe, le jour de l’anniversaire du patron. Trop pour un seul homme, lancé dans un match à corps perdu contre le peloton pendant 135 kilomètres. Sylvain Chavanel s’est battu. Non pas pour gagner mais juste pour le plaisir. Une fois la bataille perdue pour la conquête du maillot à pois, le Poitevin s’est retrouvé seul. « Je suis tombé sur quelqu’un de beaucoup plus rapide que moi (Dion Smith), raconte-t-il. Après ils (Smith et Michael Gogl), ndlr) prennent la décision de se relever. Je ne suis pas quelqu’un qui me dégonfle. Pour une équipe vendéenne comme la notre, l’anniversaire de Jean-René (Bernaudeau), j’étais devant alors je n’avais plus qu’à poursuivre mon effort tout simplement. »

Un prix et beaucoup de plaisir

Dire que c’était le local Fabien Grellier qui était prévu pour l’échappée. « Bon c’est tombé sur moi, rigole Chavanel, 39 ans et 18 Tours au compteur. Je n’ai pas pu faire le petit point pour porter le maillot à pois au moins deux jours donc on essaie de se consoler autrement avec ce prix de la combativité. » Un prix donc. Et une tonnes de sourires et d’encouragements dont beaucoup d’amis et de personnes de sa famille au bord de la route. « Quand vous avez un peloton à vos trousses on a aucune chance alors on essaye de se faire plaisir autrement. Avec ses supporters qui vous acclament. Et j’en ai eu énormément. » Déjà un beau moment dans le Tour d’adieu de Sylvain Chavanel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.