Cet article date de plus de quatre ans.

Tour de France 2017 : Arnaud Démare dans la forme de sa vie

La FDJ a changé son fusil d’épaule cette année. Thibaut Pinot libéré de ses obligations de podium, c’est à Arnaud Démare que revient de prendre le poids du Tour de France.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Il est arrivé tout sourire et plein d’assurance à Düsseldorf. Orné de son maillot de champion de France, le deuxième de sa carrière, Arnaud Démare transpire une sérénité et une confiance comme rarement on lui a vu depuis ses débuts. Le Picard le reconnaît lui-même : « Je n’ai jamais ressenti une telle sensation ». Une confiance bâtie sur les succès, huit depuis le début de saison. Une sorte d’assurance tout risque qui permet à l’équipe FDJ de jouer une carte différente sur ce Tour de France, Thibaut Pinot ayant choisi de privilégier le Giro cette année.

Démare a bien révisé

Marc Madiot remettra à plus tard son objectif de faire gagner le Franc-Comtois sur le Grande Boucle. Il pourrait ne pas y perdre au change si son sprinteur poursuit sur sa lancée. Arrivé à maturité du haut de ses 25 ans, Démare se sent désormais prêt à ouvrir son compteur sur le Tour, surtout avec le soutien de toute une équipe. « C’est comme à l’école. Si on a bien révisé, on arrive serein à l’examen. J’ai le sentiment qu’on a bien travaillé », nous lâche-t-il sans arrogance aucune.

Rendez-vous à Liège

Le premier test est annoncé dimanche entre Düsseldorf et Liège face au gratin mondial du sprint. « Le prologue, on n’y pense pas, nous disait-il jeudi. On est déjà tourné vers la 2e étape car c’est notre première opportunité de victoire. » Toute l’équipe a préparé le final belge avec attention. Néophyte sur le Tour, Olivier Le Gac y pense lui depuis plusieurs jours. « Depuis le début de saison ça marche bien. Il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas ici au Tour, rassure-t-il, lui qui était des classiques en Belgique, de Paris-Nice, du Dauphiné. On va faire en sorte que ça continue. »

Le Gac devant le train 

Le Breton aura un rôle crucial à jouer dans les ultimes kilomètres. « Je suis là entre 5 et 2 kilomètres de l’arrivée. C’est à moi de placer le train avant le sprint, explique-t-il. Je peux aussi rouler derrière des échappés ou en début d’étape pour contrôler une échappée qui pourrait être compliquée pour nous. » Un second rôle sur mesure avant la dernière touche dévolue au leader Arnaud Démare, celle qui parachève une stratégie et récompense un collectif.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.